Publications

Acupuncture Traditionnelle Chinoise et mathématiques : la voie hambourgeoise

Hambourg et Médecine Traditionnelle Chinoise

Sven Schroeder est neurologue et acupuncteur. Il dirige le Hansemerkur Centrum de Médecine Traditionnelle Chinoise qui propose des soins de médecine complémentaire et alternative au sein du Centre Médical Universitaire de Hamburg-Eppendorf (Allemagne). Le service bénéficie du soutien financier d’une assurance de santé dont il porte le nom (Hansemerkur Versicherungsgruppe), sponsor n’intervenant pas dans le fonctionnement médical.

Cet établissement, pour l’instant unique en Allemagne, est consacré aux soins, à l’enseignement et à la recherche en médecine traditionnelle chinoise.

L’idée initiale de ce centre revient à un ancien maire de Shanghai, ville jumelée avec Hambourg.

Sven Schroeder était l’invité du Dr Fernando Salgado, coordonnateur du master d’acupuncture médicale de Santiago de Compostela (Saint Jacques de Compostelle) en Galice, au nord-ouest de l’Espagne et du centre Xiyun (西 云, à l’Ouest des Nuages) de la même ville.

Sven Schroeder a donné sur deux jours une longue conférence sur sa conception de l’acupuncture et a réalisé des démonstrations sur des patients [1,2].


 

Voir en ligne : Sautreuil P. Acupuncture Traditionnelle Chinoise et mathématiques : la voie hambourgeoise. Acupuncture & Moxibustion. 2015 ;14(4)

Niveaux d’Énergie, méridiens et analyse mathématique

La première partie de l’exposé portait sur les références des livres classiques et une analyse mathématique des rapports entre les méridiens (figure 1).

Figure 1. Sven Schroeder expliquant son analyse mathématique des niveaux d’énergie. Après la division, selon la tradition, du niveau yang et yin en trois niveaux, il s’agit de la combinaison taiyang-shaoyin, yangming-taiyin, shaoyang-jueyin.

Les classiques consultés pour bâtir les raisonnements mathématiques sont Huangdi neijingsuwen, nanjing, shanghanlun, zhenjiudacheng, yixuerumen, zhenjiujiayijing et quelques autres moins connus. La compréhension de la physiopathologie organise la recherche des points à puncturer : équilibre yin/yang, succession des méridiens selon l’ordre de « l’horloge chinoise », méridiens couplés, règle Midi-Minuit ...

Chaque méridien est fonctionnellement lié à sept autres. La figure ci-dessous montre ces combinaisons pour le méridien du Poumon (Lung, Lu, figure 2).

Figure 2 extraite de 1. Représentation des liens du méridien Poumon (LU- Lung) avec 7 des 11 autres méridiens selon les règles classiques de l’acupuncture traditionnelle (LI, Large Intestine-Gros Intestin ; ST Stomach-Estomac ; SP, Spleen-Rate ; HT Heart-Cœur ; SI, Small Intestine-Intestin Grêle ; BL, Bladder-Vessie ; KI, Kidney-Rein ; PC, Pericardium-Maître du Cœur ; TE, Triple Energiser -Triple Réchauffeur ; GB, Gall Bladder-Vésicule Biliaire ; LR, Liver-Foie). Ce schéma présente également l’ordre successif des méridiens selon l’ « horloge chinoise ».

Toutes les combinaisons possibles sont analysées à l’aide de formules mathématiques telles que Cnk (C nombre des combinaisons de n objets à un moment k). Ensuite, après d’autres étapes (que le lecteur amateur de mathématiques pourra retrouver dans les articles en référence, disponibles in extenso), on aboutit à 60 possibilités de combinaisons de 4 méridiens puis seulement 15 après élimination des répétitions (Figure 3).

Figure 3. Assemblés par 4, les 12 méridiens offrent 15 possibilités (extrait de 1). Identification des méridiens selon les deux premières lettres du nom anglais (cf ci-dessus).

Ensuite, des correspondances anatomiques – yin/yang, haut-bas, avant-arrière, gauche-droite sont utilisées pour construire le schéma thérapeutique (depuis des siècles par les différentes écoles chinoises et depuis quelques décennies par les acupuncteurs du monde entier (voir note 1). Elles sont également validées par l’expérience (des différentes écoles et de l’auteur). Exemple pour une douleur d’épaule, rechercher des points sur les méridiens du pied controlatéral puis ipsilatéral, cf exemple plus loin). Les points de commande des Merveilleux Vaisseaux sont également sollicités (figure 3, extraite de 1).

Figure 4. Huit Points de commande des Merveilleux Vaisseaux : points maîtres et points couplés (dumai, houxi 3IG ; yangqiaomai, shenmai 62V ; yangweimai, waiguan 5TR ; daimai, zulinqi 41VB ; renmai, lieque 7P ; yinqiaomai, zhaohai 6R ; yinweimai, neiguan 6MC ; chongmai, gongsun 4Rte) (note 2).

Application

Après l’interrogatoire et la palpation de la région douloureuse (on demande au patient de désigner la région douloureuse d’un seul doigt pour le plus de précision possible), l’analyse clinique, comprend un examen de la langue et des pouls dont les informations sont intégrées à la démarche diagnostique. La thérapeutique, les points à piquer, sont recherchés le long de méridiens selon les règles indiquées plus haut (yin/yang ; haut/bas ; gauche /droite...) et aussi certaines habitudes liées à l’expérience. Elle s’organise, pour ce que nous avons vu, autour des méridiens tendino-musculaires (Sinew channels).

La puncture est plutôt originale. Après réflexions sur les différentes options, le praticien palpe avec un doigt un segment de méridien à la recherche de points sensibles. Les points ainsi repérés sont ensuite explorés de façon millimétrique avec un palpeur à la recherche de points ashi très réactifs. Trois points successifs distants de 1 cm environ sont alors puncturés à une profondeur de 0,5cun en moyenne. La recherche du deqi est systématique et également minutieuse. Chaque étape comprend encore une évaluation de la douleur résiduelle, plutôt originale : initialement évaluée de façon numérique à base 10 (la classique échelle numérique), l’évolution sous traitement est ensuite évaluée en prenant la douleur initiale comme référence ayant une valeur 100. Puis étape après étape (toutes les dix minutes environ), avec adaptation des points puncturés, une réévaluation en pourcentage de la douleur résiduelle est effectuée (en demandant au patient de mobiliser activement l’articulation douloureuse).

En pratique

Exemple : femme de 62 ans, droitière, fibromyalgique (diagnostic il y a 5 ans), douleur antérieure du moignon de l’épaule droite (diagnostic échographique de tendinite – du tendon du long biceps ?) sur le trajet du méridien de Poumon. Premier point piqué xuanzhong 39VB gauche plus un point au-dessus et un point au-dessous repérés au palpeur (avec systématiquement recherche du deqi). Amélioration de 50% de la douleur spontanée aux mouvements actifs de l’épaule, mais pas de changement à la douleur locale provoquée par la palpation directe. Ensuite, puncture de points du méridien du Foie à droite au niveau du cou de pied) avec amélioration de la douleur et possibilité de mettre la main dans le dos.

Après 20 mn, la patiente n’a plus de douleur spontanée, ni au mouvement ni non plus à la palpation.

Deux autres personnes ont fait l’objet d’une démonstration équivalente de cette acupuncture dynamique.

Conclusion

Cette proposition de soin ne manque pas d’intérêt : la démarche diagnostique s’appuie sur la tradition chinoise, elle comprend une analyse occidentale (ici mathématique), mais aussi et surtout, une pratique basée sur la clinique ainsi que celle d’une application des aiguilles en fonction d’une palpation rigoureuse. Avec en plus, la recherche systématique du deqi qui reste, à notre avis, le meilleur lien entre Tradition Classique et acupuncture moderne occidentale.

Imagerie par résonance magnétique de l’action de l’acupuncture à spécificité visuelle

 

Résumé : L'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle permet d'objectiver les effets immédiats d'une stimulation d'un point d'acupuncture. L'équipe coréo-américaine de Cho fut l'une des premières à utiliser l'IRMf dans le but d'établir une correspondance entre l'activation des lobes occipitaux et la stimulation des points d'acupuncture spécifiques de la vision. De nombreux travaux ont suivi concernant les points d'acupuncture à action sensorielle. La spécificité de ces points n'a pas été retrouvée systématiquement et la part de l'effet placebo (effet non-spécifique) est évoquée ainsi que les limitations de ces travaux. Mots-clés : IRMf  acupuncture  sensoriel  vision  audition  laser  imagerie - revue.

Summary: The functional magnetic resonance imaging allows to see the immediate effects of a stimulation of a acupoint. The American-korean team of Cho was one of the first ones to use the fRMI with the aim of establishing a correspondence between the activation of the occipital lobes and the stimulation of the specific points of acupuncture of the vision. Numerous works followed as regards the acupuncture-points with sensory action. The specificity of these points was not systematically found and the part of the effect placebo (non-specific effect) is evoked as well as the limitations of these works. Keywords: fRMI - Acupuncture - sensory - vision - hearing  laser  imaging - review.

 

L'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) utilisée à partir de 1992 ainsi que dans une moindre mesure la tomographie par émission de positons (TEP) ont bouleversé l'imagerie médicale et ont permis d'objectiver les effets immédiats d'une stimulation d'un point d'acupuncture. Après les travaux préliminaires japonais sur l'IRM fonctionnelle appliquée à l'acupuncture de Yoshida et coll. [ [1] ], l'équipe coréo-américaine de Cho fut l'une des premières à l'utiliser dans le but d'établir une correspondance entre l'activation des lobes occipitaux et la stimulation des points d'acupuncture spécifiques de la vision [ [2] ]. Quelle fut l'évolution des travaux concernant l'acupuncture non analgésique depuis 1998 ?

Principes généraux de l'imagerie

L'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf)

L'IRM fonctionnelle est fondée sur l'observation en temps réel des variations de l'oxygénation du sang, sans injection de traceur radioactif, puisque le traceur est endogène. Les contrastes obtenus sur base de ces propriétés ont été baptisés "BOLD" (Blood Oxygen Level Dependent). Ils exploitent la diminution de la concentration de la déoxyhémoglobine en aval des neurones activés qui induit une diminution de la différence de susceptibilité magnétique, donc une diminution du champ magnétique perturbateur qui entraîne une réponse IRM positive (augmentation de l'intensité du signal). L'activité cérébrale se traduit alors par un enrichissement en oxygène des régions mises en jeu : cet apport d'oxygène réduit les hétérogénéités dues à la désoxyhémoglobine dans le compartiment veineux de la circulation et le signal enregistré, lui, augmente donc. Lorsque l'on compare deux séries d'images IRM obtenues l'une au « repos » (condition OFF ou de référence) et l'autre pendant une stimulation (condition ON), on observe une augmentation de signal localisée dans les régions cérébrales activées. Cette augmentation de signal est progressive (pendant plusieurs secondes après le début du stimulus) et faible (1 à 5 %).

Les avantages de l'IRMf (figure 1) par rapport à la tomographie par émission de positons (TEP), considérée jusqu'il y a peu comme la technique de référence pour l'imagerie fonctionnelle, sont nombreux. La technique est non-invasive et ne requiert l'injection d'aucun traceur. Les résolutions spatiales et temporelles sont excellentes. La superposition des images fonctionnelles sur celles anatomiques est aisée. Des résultats statistiquement significatifs peuvent être obtenus sur sujets individuels. Un inconvénient de l'IRMf est sa sensibilité aux mouvements. Il en résulte que l'étude de la parole à voix haute est délicate. Un second inconvénient réside dans les contraintes particulières pour les études du système auditif, ainsi que pour la transmission de stimuli auditifs.


 

Figure 1. Appareil à IRM Siemens.

Rencontre à Wattignies : Acupuncture, palpation subtile et Lumière

Une approche multidisciplinaire des 8 couples de points merveilleux permet de corréler données cliniques apportées par la palpation subtiles de ces points et données scientifiques telle que l’analyse spectrale des biopotentiels électriques prélevés sur ces derniers. L’utilisation de lumière monochromatique, asynchrone, polarisée de manière rotatoire montre son action thérapeutique régulatrice sur les anomalies retrouvées soit par la clinique (palpation subtile), soit par la mesure de données énergétiques électriques (spectre de puissance) et permet leur correction de manière rapide et indolore.


 

Introduction

Au cours du mois de mars 2007 se sont réunis à Wattignies, dans le cabinet médical du Docteur Georges Willem, un groupe de médecins acupuncteurs, désireux d’apprendre la technique de la palpation subtile des points d’acupuncture [1,2]. Dans une ambiance studieuse, la corrélation avec les Bio-DDP a été évaluée : il s’agissait de savoir ce que cet outil pouvait révéler de l’approche manuelle tactile de l’énergétique en acupuncture [3,4,5]. Une autre innovation scientifique était au rendez-vous : l’utilisation de la lumière monochromatique asynchrone polarisée, possible thérapeutique régulatrice de la dynamique du point d’acupuncture. Venus d’horizons différents avec des approches de l’acupuncture apparemment éclectiques, dans une atmosphère multidisciplinaire, nous nous sommes concentrés sur l’analyse du point d’acupuncture et de sa dynamique.

Matériel et Méthode

Tenant différents rôles au cours des travaux, nous sommes alternativement devenus les patients de ce proto- 52 Acupuncture & Moxibustion cole de formation et de recherche sous la houlette de Georges qui nous enseignait la palpation d’un groupe de points très sélectifs : les 8 points clés des Merveilleux Vaisseaux. Le premier temps de cette palpation subtile était l’accord sur la perception de leur déséquilibre. Une mesure des bio différences de potentiels électriques a été effectuée au niveau de chaque point pour évaluer le niveau de corrélations avec l’analyse palpatoire. Par ailleurs, chaque perturbation a bénéficié d’une réponse thérapeutique nouvelle, une stimulation indolore, par une onde lumineuse polarisée. Ensuite, une analyse tactile a de nouveau été confrontée à une évaluation bio-électrique.

Qu’est-ce qu’une stimulation lumineuse rotatoire polarisante ?

La stimulation provient d’un générateur d’ondes lumineuses. Il s’agit d’un dispositif médical, équipé d’une source lumineuse xénon de 300W dite « froide » dont la température de couleur est de 5 900° K. À la sortie de celui-ci, un système optique permet de sélectionner des rayonnements monochromatiques dans le spectre visible (400-700 nm) et de leur donner une polarisation rotatoire lévogyre ou dextrogyre. Ces rayonnements ne comportent ni ultraviolets ni infrarouges, ils ne dégagent pas de chaleur. Sur les sept personnes présentes (Yves, Jean-Marc, Patrick, Georges, Marc, Jean Christophe, Pierre), plus de trente-cinq palpations subtiles des points merveilleux ont été réalisées. Chacune d’elles a été accompagnée d’une mesure locale de bio-DDP.

...

 

Conclusion

Une rencontre multidisciplinaire entre praticiens et chercheurs a eu pour objet de rattacher la palpation subtile des huit points merveilleux à une base de données mesurables de l’énergétique de ces points selon une approche scientifique fondée sur l’étude spectrale des bio-DDP. Corrélativement aux données de la palpation et à celles recueillies par les bio-DDP, il a été observé que les notions d’atonie et d’asymétrie perçues dans les couples des huit points merveilleux sont liés principalement à un changement du spectre de fréquence dominante dans le sous groupe spectral sub 4 Hz. On peut parler d’atonie de l’un de ces deux points si celui-ci présente une dominante spectrale inférieure à 4Hz. Si cette asymétrie spectrale existe, alors la perception subtile est ressentie comme asymétrique. Le traitement lumineux par effet polarisant rotatoire d’une lumière monochromatique asynchrone utilisé pour réduire ces deux anomalies palpables (atonie et asymétrie) des 8 points merveilleux, opère selon un mécanisme de type individuel et régulateur. Les changements observés par l’analyse spectrale ou perçus par la palpation subtile de ces points montrent que l’action thérapeutique sur le point atone a un retentissement global sur le couple de point. D’autre part, la recherche et la détermination d’un trouble énergétique à distance, facteur causal de cette anomalie de la perception au sein de l’un de ces huit couples de points, permet après traitement par lumière, de réduire l’asymétrie ou l’atonie, fait objectivé par un changement spectral. L’outil offert à tout praticien en acupuncture par la palpation subtile permet la rapide localisation des troubles énergétiques initiaux, comme peuvent le montrer par la suite, l’analyse spectrale des bio-DDP. L’utilisation de la lumière polarisée rotatoire monochromatique asynchrone, démontre que de manière indolore, il est possible d’intervenir efficacement sur le devenir énergétique du point dans un sens de régulation, fait confirmé d’une part par la palpation subtile des huit merveilleux points, d’autre part par les données mesurables de l’analyse spectrale des bio-DDP. De plus amples études, centrées sur le sous-groupe spectral sub 4Hz permettraient d’établir une plus juste corrélation entre les fréquences dominantes de l’« électrophysiologie cutanée » impliquées et les différentes modalités du système nerveux autonome.

 

Suite en suivant le lien ci-dessus