Index de l'article

Au premier jour postopératoire, l’acupuncture réduit les algies

 

 

Figure 1. Onze ECR ont été inclus dans cette méta-analyse, permettant d’évaluer au premier jour postopératoire la douleur entre les groupes d’acupuncture et techniques associées et les groupes de contrôle (témoin). Il existe une grande hétérogénéité entre ces 11 ECR (I2 = 98,63%, p <0,001) ; par conséquent, la différence moyenne standardisée à modèle aléatoire (SMD) a été utilisée. Globalement, les patients sous acupuncture et techniques associées ont eu une amélioration de leurs algies versus groupe témoin (SDM= -1,27 ; IC à 95% = -1,83 à -0,71, p= 0,0001). A noter que la stimulation électrique transcutanée sur les acupoints (TEAS) ou l’acupuncture manuelle par rapport au groupe témoin est plus efficace que l’électroacupuncture dans les algies postopératoires du premier jour.

 

Au premier jour postopératoire, les patients traités par acupuncture ou techniques associées (électroacupuncture -EA-, neurostimulation électrique sur les points d’acupuncture -TEAS-) souffraient moins et avaient utilisé moins d’antalgiques opioïdes que ceux traités par le traitement classique analgésique opioïde. Globalement, ces résultats sont statistiquement significatifs (p<0,001). La méta-analyse a porté sur onze ECR incluant 682 patients. Les auteurs ont montré que le soulagement antalgique était plus efficace avec traitement par acupuncture ou TEAS que l’électroacupuncture en traitement adjuvant lors du premier jour dans la gestion de la douleur postopératoire (figure 1). Dans la moindre utilisation d’analgésiques opioïdes, la TEAS est plus efficace que l’acupuncture ou l’électroacupuncture dans la diminution de prise d’antalgiques par rapport au groupe témoin (figure 2).

Figure 2. Évaluation au premier jour postopératoire de la dose cumulée d’analgésiques opioïdes entre les groupes d’acupuncture et techniques associées et les groupes de contrôle (témoin). Il existe une grande hétérogénéité entre ces 11 ECR (I2 = 86,64%, p <0,001) ; par conséquent, la différence moyenne standardisée à modèle aléatoire (SMD) a été utilisée. Globalement, les patients sous acupuncture et techniques associées ont eu moins recours à l’utilisation d'analgésiques opioïdes versus groupe témoin (SDM= -0,72 ; IC à 95% = -1,21 à -0,22, p= 0,005). A noter que la stimulation électrique transcutanée sur les acupoints (TEAS) par rapport au groupe témoin est plus efficace que l’acupuncture ou l’électroacupuncture dans la diminution de prise d’antalgiques.

D'autres études bien conçues d’un point de vue méthodologique sont nécessaires pour explorer davantage le rôle des méthodes d'acupuncture et techniques associées dans le traitement de la douleur postopératoire.