Meridiens.org

Accueil du site > Publications > Dr Triadou > L’acupuncture en France aujourd’hui (I) : la consultation d’acupuncture

L’acupuncture en France aujourd’hui (I) : la consultation d’acupuncture

lundi 27 mai 2013, par Patrick Triadou


Nous avons mené une enquête sociologique sur la pratique de l’acupuncture en France. Cet article est consacré à la consultation d’acupuncture. C’est le premier d’une série de cinq qui analysent respectivement la consultation d’acupuncture, les perceptions des séances d’acupuncture, la consommation de médicaments, les représentations de cette pratique et une typologie des patients. La plupart des patients recourent à l’acupuncture parce qu’ils n’ont pas obtenu de résultats satisfaisants auprès de leurs médecins de médecine classique. Ils continuent à les consulter donnant à l’acupuncteur le statut de spécialiste de certains problèmes comme les douleurs chroniques, les pathologies ostéoarticulaires chroniques, le stress, l’anxiété, l’insomnie. La qualité de la relation thérapeutique avec sentiment d’être soulagé, écouté et compris est soulignée par les patients.



Introduction

On ne dispose que peu d’éléments permettant de connaître la place de l’acupuncture dans le système de soins français. Elle est classée dans l’ensemble hétérogène des médecines alternatives (MA) qui se définissent par exclusion par rapport à la médecine classique (MC). Deux types de travaux, essais cliniques et expérimentations biologiques visent à préciser les domaines d’efficacité clinique et les mécanismes d’action des aiguilles sur l’organisme [1-10]. Ces données scientifiques n’expliquent pas les caractéristiques de cette pratique et la demande de soins à laquelle elle répond. Le recours croissant aux MA, souvent utilisées sur le mode de la complémentarité, en Europe et en Amérique du Nord pour des pathologies très diverses justifient pourtant une telle interrogation [11-13]. L’analyse des raisons qui conduisent à recourir à l’acupuncture et des caractéristiques de cette pratique a été réalisée à l’aide d’une enquête auprès essentiellement des patients, mais aussi également des acupuncteurs. Cette enquête de sociologie interroge les choix, les pratiques, les représentations, les jugements d’efficacité, les attentes, la consommation de médicament, les caractéristiques socio-éducatives. Les résultats de cette enquête sont présentés sous forme de cinq articles. Le présent article concerne la consultation d’acupuncture.

Matériel et méthode

Méthodes

Enquêtes qualitative et quantitative

L’enquête comporte deux étapes, qualitative et quantitative. La première qualitative s’adresse à un échantillon raisonné de patients et d’acupuncteurs. Bâtie sur la notion d’itinéraire thérapeutique qui reproduit le chemin emprunté par les patients pour consulter un acupuncteur, elle est réalisée grâce à des interviews s’appuyant sur un guide d’entretien validé par un groupe d’experts comprenant des acupuncteurs et des sociologues [14-16]. La deuxième étape de l’enquête est quantitative. Un questionnaire de 141 questions (questions à une seule réponse, à choix multiple, questions ouvertes) a été élaboré par le groupe d’experts à partir des résultats de l’enquête qualitative. Le questionnaire est divisé en cinq parties. La première partie est consacrée aux motifs de consultation de l’acupuncteur, aux traitements essayés antérieurement, aux médecins traitants, aux médicaments et au déroulement des consultations d’acupuncture. La seconde partie porte sur le champ pathologique estimé comme relevant de l’acupuncture, sur les représentations de l’action des aiguilles, sur la confiance dans les différentes formes de thérapies. La troisième partie interroge les connaissances scientifiques et médicales des patients, leurs lectures en matière de santé, leur connaissance de la représentation chinoise traditionnelle du corps. La quatrième partie concerne le mode de vie, de travail, d’alimentation, la place des activités d’entretien du corps et les priorités de choix de vie. La dernière partie rassemble les caractéristiques socio - démographiques des patients ayant répondu à l’enquête.

Analyse des données

De façon à clarifier l’analyse de la situation et des informations, la méthode des « échelles d’observation » qui permet de distinguer les niveaux micro individuel (histoire de l’individu, rapport à son corps), micro social (relations personnels et thérapeutique) et macro social (réseaux qui font vivre l’acupuncture au niveau des professionnels et des patients) a été utilisée. Cette méthode a facilité la distinction entre les pratiques et les représentations des enquêtés. L’analyse des données quantitatives a permis de comparer les pourcentages des réponses données à chaque question et de bâtir une typologie des patients de l’acupuncture grâce une analyse des correspondances multiples (ACM) qui a été réalisée à partir des variables actives présentées dans les tableaux sur l’ensemble des individus de l’échantillon. Une classification automatique par la méthode des centres mobiles sur les coordonnées factorielles a été réalisée. Le logiciel utilisé est Modalisa 4.1.

la suite en suivant le lien ci-dessous


Pour tout contact, vous pouvez contacter l'administrateur et responsable éditorial du Site, Secrétaire Général de l'ASMAF-EFA : Dr Jean-Marc Stéphan (MD)
Ce site a pour mission d'informer ses visiteurs à propos de l'acupuncture et de la médecine traditionnelle chinoise. Il est financé uniquement par L'ASMAF-EFA, association loi 1901, elle même financée uniquement par ses adhérents. Le Conseil d'administration ne signale aucun conflit d'intérêt en rapport avec d'éventuels sources publicitaires, la publicité n'étant pas admise. Les informations fournies sur ce site sont destinées à la fois aux professionnels de santé et au Grand Public. Néanmoins, l'information diffusée vers le Grand Public est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre patient et médecin.
CONFIDENTIALITE ET DONNEES PERSONNELLES
Aucune donnée personnelle n'est recueillie sur ce site et de ce fait, selon le JORF n°128 du 3 juin 2006, une déclaration au CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté) conformément aux dispositions de la Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés est inutile. Néanmoins, les utilisateurs du Forum ayant fourni une adresse Email ont un droit de modification et de suppression de celle-ci. Il leur suffit, pour exercer ce droit, d'envoyer un courrier au Dr Jean-Marc Stéphan, Docteur en Médecine : jm.stephan@meridiens.org. Toutefois, aucune adresse courrielle n'est conservée pour traitement ultérieur des informations, ni utilisation par des tiers. Néanmoins, Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici