Meridiens.org

Accueil du site > Brèves > Pratique illégale de la médecine acupuncturale vétérinaire au Canada

Pratique illégale de la médecine acupuncturale vétérinaire au Canada

dimanche 20 juillet 2014

Avez-vous déjà utilisé les services d’un ostéopathe, d’un chiropraticien ou d’un acupuncteur pour votre propre santé ? Et pour celle de vos animaux ? Un avis public a été émis par l’Ordre des Médecins vétérinaires du Québec concernant la pratique des médecines dites complémentaires ou alternatives chez les animaux. Saviez-vous que celles-ci relèvent de la médecine vétérinaire ?

Conformément à la loi, aux réglementations et aux décisions judiciaires rendues dans le passé, l’Ordre des Médecins vétérinaires du Québec (OMVQ) a clairement indiqué que l’utilisation de toute thérapie complémentaire (alternative) dans le but de traiter un animal fait partie de l’exercice de la médecine vétérinaire au même titre que l’utilisation des thérapies et des traitements plus conventionnels.

Selon l’article 7 de la Loi sur les médecins vétérinaires, le vétérinaire est le seul professionnel à pouvoir examiner, diagnostiquer puis commencer ou recommander un traitement chez un animal.

Qu’est-ce qu’une thérapie complémentaire ?

Ici, on parle de toutes les méthodes de diagnostic, de traitement ou de prévention qui sont fondés sur des philosophies et des techniquesPar autres que celles utilisées en médecine vétérinaire conventionnelle. Des exemples sont faciles à trouver et de plus en plus à la mode : acupuncture, ostéopathie, naturopathie, massothérapie, physiothérapie, chiropratique, homéopathie, etc.

Toutes ces médecines dites alternatives peuvent apporter de bonnes choses aux animaux et même contribuer à leur santé ou à leur bien-être, mais encore faut-il s’assurer que ces services soient prodigués par des gens compétents et dûment formés et que ces soins soient justifiés pour l’animal et de qualité !

Plusieurs cas hors norme

Depuis quelques années, l’OMVQ aurait été confronté à plusieurs cas de traitements prodigués à des animaux par des personnes qui n’avaient pas la formation ni les compétences nécessaires. Les traitements ont donc été réalisés sans un diagnostic préalable d’un médecin vétérinaire et ils auraient causé des torts à la santé des animaux impliqués, et ce, sans parler du fait de laisser ensuite les propriétaires sans aucun recours.

Voici un exemple pour vous éclairer : un chat « soigné » en acupuncture pour des douleurs meurt en fait d’un blocage urinaire non diagnostiqué et, donc, non résolu par le soignant. Voilà un cas précis où la condition est rarissime chez l’humain, mais fréquente chez le chat et dont la guérison nécessite plus que des aiguilles d’acupuncture… Il s’agit d’une urgence vétérinaire !

Pratique illégale

Ainsi, pour éviter ce genre de situations, tel que cité dans l’avis de l’OMVQ : « La pratique des thérapies complémentaires par des personnes qui ne sont pas membres actifs de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec, autrement qu’étant habilitées par une loi ou un règlement, constitue l’exercice illégal de la médecine vétérinaire et est passible des sanctions prévues par la loi. »

L’OMVQ nous invite à signaler tout cas de pratique illégale au Bureau du syndic de l’Ordre (www.omvq.qc.ca). De mon côté, je vous invite à la prudence dans le choix d’un « thérapeute » pour votre animal : assurez-vous donc qu’il soit vétérinaire et membre actif de l’Ordre !

Un bémol…

Évidemment, certaines personnes autres que des médecins vétérinaires peuvent détenir une formation certaine dans un domaine ou dans un autre. Je pense, par exemple, aux physiothérapeutes accrédités ou à la formation en massothérapie équine donnée à l’ITA de La Pocatière. L’OMVQ permet à des thérapeutes adéquatement formés d’appliquer leurs techniques, mais ceci, pour autant que la démarche soit supervisée par un médecin vétérinaire.

Un extrait de l’article 7 de la Loi sur les médecins vétérinaires : « Constitue l’exercice de la médecine vétérinaire tout acte qui a pour objet de donner des consultations vétérinaires…, d’établir des diagnostics vétérinaires…, de traiter des affections médicales vétérinaires en faisant usage de procédés mécaniques, physiques… »

Par Annie Ross du Journal de Québec

lire la suite ci-dessous

Voir en ligne : Le journal de Québec


Pour tout contact, vous pouvez contacter l'administrateur et responsable éditorial du Site, Secrétaire Général de l'ASMAF-EFA : Dr Jean-Marc Stéphan (MD)
Ce site a pour mission d'informer ses visiteurs à propos de l'acupuncture et de la médecine traditionnelle chinoise. Il est financé uniquement par L'ASMAF-EFA, association loi 1901, elle même financée uniquement par ses adhérents. Le Conseil d'administration ne signale aucun conflit d'intérêt en rapport avec d'éventuels sources publicitaires, la publicité n'étant pas admise. Les informations fournies sur ce site sont destinées à la fois aux professionnels de santé et au Grand Public. Néanmoins, l'information diffusée vers le Grand Public est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre patient et médecin.
CONFIDENTIALITE ET DONNEES PERSONNELLES
Aucune donnée personnelle n'est recueillie sur ce site et de ce fait, selon le JORF n°128 du 3 juin 2006, une déclaration au CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté) conformément aux dispositions de la Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés est inutile. Néanmoins, les utilisateurs du Forum ayant fourni une adresse Email ont un droit de modification et de suppression de celle-ci. Il leur suffit, pour exercer ce droit, d'envoyer un courrier au Dr Jean-Marc Stéphan, Docteur en Médecine : jm.stephan@meridiens.org. Toutefois, aucune adresse courrielle n'est conservée pour traitement ultérieur des informations, ni utilisation par des tiers. Néanmoins, Ce site utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici