Couverture 5-4

Washington, printemps 2006 : Congrès AAMA-ICMART

À Washington, au printemps 2006, les cerisiers le long du Potomac étaient en fleur, s’est déroulé le Congrès AAMA-ICMART (voir éditorial).

Voici le Jefferson Memorial, au sud de la Maison Blanche, construit à partir de 1930 à l’initiative de Franklin D. Roosevelt et inauguré en 1943, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Jefferson. Il est moins imposant que le Lincoln Memorial ou que le Capitole. On aperçoit à droite la pointe d’une immense obélisque, le Washington Monument.

À l’intérieur du mémorial, la statue de Thomas Jefferson (13 avril 1743 - 4 juillet 1826 ; cinquante ans, jour pour jour après la déclaration d’Indépendance) : philosophe, musicien, architecte, propriétaire de la célèbre demeure de Monticello en Virginie (dont il fut gouverneur, 1779-1781). Francophile, il fut également, après Benjamin Franklin, ambassadeur des États-Unis en France (1785-1789). De 1801-1809, il fut le troisième président des États-Unis. Au cours de son premier mandat, Washington devint capitale fédérale. En 1803, il négocia 80 millions de Francs l’achat de la Louisiane occidentale à Bonaparte, 1er Consul (elle allait du Golfe du Mexique jusqu’au Canada). Son pays doubla alors de superficie (10 états actuels).

Dans la pierre sont gravés quatre extraits du préambule de la déclaration d’Indépendance dont il était un des auteurs.

Texte et photographie : Patrick Sautreuil

© Acupuncture & Moxibustion 5(4) octobre-décembre 2006 

Couverture 13-3

  

Istanbul est une ville immense : 14 à 18 millions d’habitants. Elle s’étend de part et d’autre du Bosphore. Un pont gigantesque relie physiquement deux continents et symboliquement deux civilisations. Elle fut un des centres de rayonnement de l’Empire Romain (Constantin-Constantinople), de l’Empire Byzantin jusqu’à la prise de Byzance en 1453 par les troupes ottomanes conduites par Mehmet II et ensuite capitale de l’Empire Ottoman jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Mustafa Kemal Atatürk (1881-1938), fondateur de la république (laïque) turque a choisi de faire d’Ankara la nouvelle capitale politique pour qu’elle ne soit pas à portée de canon des navires de guerre européens. Mais Istanbul a continué d’être le centre économique du pays. Et un haut lieu touristique (Topkapi, Hagia Sofia, Mosquée Bleue...).

Mehmet Abut a proposé sa ville pour recevoir le symposium 2014 d’ICMART. Le congrès s’est déroulé dans le musée de l’Armée, à peu de distance de la place Meydan Taksim, lieu privilégié de la contestation populaire (du gouvernement islamiste modéré). Les langues de travail étaient le turc et l’anglais, en traduction simultanée. Plus de 500 médecins turcs et 120 étrangers des cinq continents ont reflété la dimension mondiale de l’Acupuncture. 

 Patrick Sautreuil

 Photo : Le parc entre Aya Sophia (Sainte Sophie) et la Mosquée Bleue (au fond) et son jet d’eau, en fin d’après-midi. 

 

Couverture 8-2

Acupuncture autour de la naissance

Coeur de la médecine,  date 984.  Textes chinois des dynasties Jin (265-420) et Tang (618-907). 1ère réédition au Japon en 1854, d'où le nom japonais (Ishinpo) [image extraite de l'encyclopédie Internet du GERA :  www.gera.fr]. 

Les Acupuncteurs Chinois, comme l'attestent les textes anciens, savaient tirer profit de l'acupuncture lors de la grossesse. Comme le montre cette image, le zhiyin (67V) était déjà préconisé dans les versions foetales de siège, le travail prolongé et difficile et les rétentions de placenta.

L'acupuncture est une médecine idéale [1] dans l'accompagnement d'une grossesse parce qu'elle n'oblige pas la femme enceinte à prendre des thérapeutiques médicamenteuses pouvant entraîner des effets tératogènes. Les sages-femmes, les obstétriciens mais aussi les patientes elles-mêmes, sont de plus en plus demandeurs, ainsi que nous pouvons le mesurer par les parutions croissantes d'articles dans les journaux féminins ou même généraux [2,3] mais aussi dans les revues professionnelles [4].

Il était grand temps que la revue « Acupuncture & Moxibustion » ouvre un dossier sur le sujet.

Nous entamons avec ce numéro riche de trois articles concernant l'obstétrique (Johan Nguyen et Jean-Marc Stéphan), une série de publications qui objectiveront ce que l'acupuncture, la moxibustion et l'électroacupuncture offrent de mieux aux femmes enceintes et parturientes.

Dr Jean-Marc Stéphan

 

1. Spellerberg E, Smidt-Jensen SL. [A retrospective analysis of the results of obstetric acupuncture at Frederiksberg Hospital]. Ugeskr Laeger. 2003 Mar 3;165(10):1023-7. 

2. Doucy Marig. Les bienfaits des aiguilles à la maternité Paul-Gellé Roubaix. Méridiens [online]. 2009 mai [cité 30 mai 2009]: 1 écran. Available from URL: http://www.meridiens.org/mrd/spip.php?breve149.

3. Durand Stéphane. Un plus pour les grossesses.  Méridiens [online].  2008 novembre [cité 30 mai 2009]: 1 écran. Available from URL: http://www.meridiens.org/mrd/spip.php?breve119.

4. Gaffney L, Smith CA. Use of complementary therapies in pregnancy: the perceptions of obstetricians and midwives in South Australia. Aust N Z J Obstet Gynaecol. 2004 Feb;44(1):24-9. 

Couverture 15-1

Les couleurs de la diététique chinoise 药膳 (yaoshan)

 

La médecine chinoise offre avec la diététique un moyen de traiter la maladie de manière prophylactique. Au cours d’un repas, on pense régulièrement à harmoniser les cinq saveurs (acide, amère, douce, piquante, salée) qui nourrissent les Viscères (respectivement Foie, Cœur, Rate, Poumons, Reins) mais, moins souvent à la nature de l’aliment selon la théorie des quatre Energies (Froid, Fraîcheur, Chaleur ou Tiédeur). On doit penser également à la texture, à la forme de l’aliment et à la couleur, comme ici ces pâtes vertes, rouges, blanches, jaunes (manque la couleur noire) que l’on retrouve sur tous les marchés du Yunnan. Ainsi, au cours d’une grossesse, la diététique dont la nature (xing) des aliments yin dits frais ou froids ou les aliments yang dits chauds et tièdes sans oublier les aliments de nature neutre, sera à privilégier car harmonise le yin, yang, le xue et le qi [[1]]. Et la couleur est essentielle parce que comme le fait remarquer Henri Truong Tan Trungsr  dans son article « Diététique : saveurs et nutrition », mise à jour de son précédent article paru en 1997 [[2]], « contribue aux plaisirs des yeux et au shen du Coeur ». Oui, la diététique est même préventive dans le cancer [[3]], où chaque aliment choisi selon les règles de la médecine chinoise peut contribuer à la protection contre les tumeurs.

Dans ce numéro, il sera question aussi de la place de l’acupuncture dans la sclérose en plaques, dans le canal lombaire étroit ou de l’électroacupuncture dans les céphalées primaires. Peut-on traiter sans risque une femme enceinte par acupuncture ?  Quelle peut être la place de l’électroacupuncture dans les douleurs du travail lors de l’accouchement ou de la moxibustion dans les soins de support du cancer ? La rhumatologie : quel est l’état de l’évaluation en 2015 ? Que pensez de la nomenclature des points d’oreille ? Autant de questions qui trouveront leurs réponses dans ce premier numéro de l’année du Singe.

  Jean-Marc Stéphan 


[1]. Stéphan JM. Recension. Nourrir la vie par Patricia Duchateau. Acupuncture & Moxibustion. 2014;13(1):72.  

[2]. Truong Tan Trung Hsr. Diététique et nutrition. Revue Française de MTC.1997;173:17-23.

[3]. Gatineaud ME. Diétothérapie chinoise et tumeurs. Acupuncture & Moxibustion. 2009;8(1):18-24

 

Couverture 6-2

Etoile de mer 海 

 

Cette étoile de mer bleue, Linckia laevigata, photographiée dans la passe en S de Mayotte, par – 30 m est belle comme un caractère : comme  (da, Ricci 10210), grand, auquel elle ressemble ou comme  (ren, Ricci 5546), personne humaine, qui aurait retrouvé ses bras et danserait la farandole à la façon de Matisse. Cette ophidiastéridé aurait pu, tout autant que les traces de pas d’oiseau sur le sable ou les craquelures d’écailles de tortues être à l’origine de l’écriture chinoise. La traduction du terme français  « étoile de mer » en chinois est 海星haixing. Dans l’idéogramme  (mer), on retrouve la mère  (mu) et ses deux seins nourriciers stylisés : l’homophonie des termes français est transcrite dans le terme chinois. Avec étoile, , on peut admirer l’acuité visuelle, à l’œil nu des Chinois de l’antiquité : au-dessus, c’est le soleil  (ri), au-dessous, c’est naître  (sheng), c’est à dire naissance d’un soleil, ce que confirme l’astronomie moderne.

Cette 海星aussi une des nombreuses manifestations dans la nature d’une structure à symétrie pentaradiée, qui se décline pour nous dans les 5 Mouvements, 五行 (wuxing). Elle a, comme la plupart des astérides, une étonnante capacité de régénération : si on coupe une branche de l’étoile, elle repousse. Ce n’est malheureusement pas le cas pour les mammifères et les êtres humains amputés.

Dr Patrick Sautreuil

© Acupuncture & Moxibustion 6(2) avril-juin 2007