Couverture 7-1

Jean, F. Borsarello

 

Pionnier de l’Acupuncture, le Dr Jean, F. Borsarello a rejoint en cette fin d’année 2007 le panthéon des grands noms des acupuncteurs français au sein du Dao.

 

« Le principe qui peut être énoncé, n’est pas celui qui fut toujours. L’être

qui peut être nommé, n’est pas celui qui fut de tout temps. Avant les temps, fut

un être ineffable, innommable.

Alors qu’il était encore innommable, il conçut le ciel et la terre. Après

qu’il fut ainsi devenu nommable, il donna naissance à tous les êtres.

Ces deux actes n’en sont qu’un, sous deux dénominations différentes.

L’acte générateur unique, c’est le mystère de l’origine. Mystère des mystères.

Porte par laquelle ont débouché sur la scène de l’univers, toutes les

merveilles qui le remplissent.

La connaissance que l’homme a du principe universel, dépend de l’état de

son esprit. L’esprit habituellement libre de passions, connaît sa mystérieuse

essence. L’esprit habituellement passionné, ne connaîtra que ses effets.»

 

Lao-Tzeu - Livre I - Chapitre 1 par Léon Wieger S.J 

Couverture 7-2

Dragon et tuile vernissée de la Cité Interdite

Cette tuile vernissée, abandonnée parce qu’elle était ébréchée, provient d’un chantier de réfection de la toiture la Cité Interdite à Pékin, il y a une quinzaine d’années. Le dragon qu’elle représente est au cœur de la mythologie chinoise (mais appartient aussi à un grand nombre de civilisations : celte, grecque, scandinave … par exemple, Siegfried (St Georges) terrassant le dragon. Mais, comparé à celui de la mythologie européenne, ce dragon est pacifique, figurant la force vitale, la création de la nature et la puissance du Ciel. Depuis les Han, il est à la fois le symbole de l’empereur ou du fils du ciel [1].

En comparant la graphie ancienne et complexe  (long, Ricci 7477) à  graphie actuelle, on mesure l’ampleur de la simplification de l’écriture chinoise de l’ère communiste.En Chine, le dragon, « animal fabuleux, génie des eaux et de la pluie », associé au cinquième rameau terrestre (chen), symbolise le yang ( / ) par rapport au yin ( ), le souffle qi ( /) par rapport à l’essence jing (), l’esprit shen () par rapport au corps shen () [2]. Il est aussi le Cinquième animal du zodiaque chinois. Il a un corps de serpent, des écailles et une queue de poisson, des serres d’aigle et des yeux de démon. Celui représenté ici a cinq griffes, signifiant un dragon yang.

Connaissez-vous la légende suivante [3] ? Un peintre dessine sur un mur des dragons sans représenter leurs yeux. Des spectateurs expriment leur étonnement au peintre qui explique que s’il peint les yeux, ils vont s’envoler. Les spectateurs rient devant l’impossibilité pour une peinture de s’envoler. Le peintre obtempère et peint les yeux du premier dragon … qui s’envole.

Patrick Sautreuil

1.  Eberhard W. Dictionnaire de symboles chinois. Paris: Seghers; 1984: 113.
2. Dictionnaire Ricci, Volume IV, Desclée de Brouwer, Paris-Taipei, 2001, page 241 
3. Bellassen J., Zhang P. Perfectionnement à la Langue et à l’Écriture Chinoise, La Compagnie, 1991

Couverture 7-3

Charte laotienne des points d’acupuncture

 

Les noms chinois des points sont traduits en laotien, une langue proche du thaï. Sur le registre des patients, les diagnostics des pathologies sont inscrits en français. À Vientiane, la capitale, il y a davantage de consultations d'acupuncture hospitalières. La principale est celle du Dr Sonenaly Khantharod, à l'hôpital Mahosot. Elle enseigne d'ailleurs l'acupuncture aux étudiants en médecine. Le Laos est une terre presque vierge pour cette branche de la médecine traditionnelle chinoise. Étonnant, puisque le pays est frontalier avec la Chine.

 

Photo et texte : Patrick Sautreuil

Couverture 7-4

Lao Zi

   

On admet généralement que son nom fut Li Er (李耳) ou Lao Tan (老聃), et qu'il naquit dans l'état de Chu (楚國) pendant la dynastie Zhou (周朝) ; quant à sa date de naissance, c'est un autre mystère. Un autre fait accepté, est qu'il fut gardien des archives (守藏室之史) à la cour des Zhou. Il occupait encore ce poste lorsque Confucius (孔子) vint le consulter au sujet de problèmes de cérémonies et de rites. En se basant sur cette rencontre, on peut supposer qu'il était plus âgé que Confucius. On ne sait pas clairement quand il quitta ce poste, mais la légende raconte qu'alors il décida de voyager vers l'ouest chevauchant un buffle.

C'est alors qu'un nuage pourpre commença à planer au-dessus de lui. Au sujet de ce voyage, on parle du Nuage Pourpre venu de l'Est (紫氣東來). Un jour, il arriva au poste avancé le plus à l'ouest. Le gardien de ce poste avait entendu parler de Lao Zi, de ses connaissances et de son voyage vers l'ouest.

Il ordonna à ses subordonnés d'être tout particulièrement vigilants à l'approche de Lao Zi et une fois repéré de l'en informer immédiatement. Lors de la rencontre avec Lao Zi, il lui témoigna le respect d'un élève à un maître et lui demanda de laisser derrière lui une partie de sa sagesse sous forme d'un écrit. C'est alors que Lao Zi écrivit un essai de 5.000 caractères intitulé Daodejing (道德經). Une fois qu'il eut fini cet essai, Lao Zi continua son voyage vers l'ouest et l'on n'entendit plus rien de lui.

 

Dr Pierre Dinouart-Jatteau

Couverture 8-1

Sasang : quatre types constitutionnels

 
 L’acupuncture coréenne partage des points communs avec les acupunctures chinoise et japonaise mais s’en distingue par quelques singularités. L’une d’elles est de différencier quatre types constitutionnels : le typeTaeYangIn (  ) a un poumon puissant et un foie faible ; TaeEumIn (   ) a un foie puissant et un poumon faible ; SoYangIn (  ) a une rate puissante et des reins faibles ; SoEumIn (  ) a des reins puissants et une rate faible. Le traitement par acupuncture prend en compte ces forces et faiblesses d’origine génétique. Notre correspondant au Centre médical de l’Université Kyung Hee de Séoul, le Dr Byung Hee Koh, est un spécialiste de cette prise en charge.

L’utilisation du venin d’abeille purifié est une autre particularité de cette acupuncture dynamique et innovante. Ses principales indications sont rhumatologiques.

En Corée comme à Taïwan, on recourt simultanément aux deux médecines, orientale et occidentale, pour offrir aux patients des soins efficaces les plus diversifiés possibles.

Dans le deuxième volet consacré à l’acupuncture coréenne, outre le département de Médecine Constitutionnelle Sasang, nous allons nous intéresser aux activités des départements d’Acupuncture et Moxibustion, de Médecine de Réhabilitation et de l’Institut de Recherche Médicale Est-Ouest.

Dr Patrick Sautreuil