Lombalgie et Vide de Sang

Cas clinique

 Madame Linda âgée de 32 ans, primigeste, professeur d’éducation physique et sportive, 1m 69, 64 kg, indice de masse corporelle à 22, est enceinte de 17SA + 4j et vient en consultation d’acupuncture pour lombalgies en barre en fin de journée.

Dans les antécédents, on note une allergie au pollen avec rhume des foins, et poils de chat, une fissure anale récurrente depuis quelques années.

Elle a été opérée pour un dysembryome de l’ovaire à l’âge de 22 ans.

A l’interrogatoire, en plus des lombalgies pour lesquelles elle consulte, on objective une difficulté d’endormissement, des migraines depuis peu et une constipation récente ayant « réveillé » sa fissure anale.

Femme fatiguée, essoufflée facilement à l’effort et décrivant aussi des palpitations à l’effort, ce qui n’était pas le cas auparavant chez cette sportive, elle est en arrêt de travail depuis 15 jours. 

A l’examen on trouve les pouls des barrières faibles et un pouls Rein gauche trop fort pour le terme, laissant supposer un Vide de yin.

La langue est pâle.

On peut porter le diagnostic selon la différenciation des syndromes (bianzheng) : Vide de Sang

 

Analyse 

 Il s’agit d’une femme ayant déjà au préalable un Vide de Sang qui se manifeste par un Vide de yin du Foie, avec les symptômes allergiques, le dysembryome à l’âge de 22 ans et la fissure anale récurrente. On peut l’expliquer selon la physiopathologie chinoise par le fait que le Foie irrigue le périnée et les organes génitaux externes avec un muscle anal mal irrigué entraînant fragilité et fissure.

Du fait du début de grossesse, il y a détournement du sang vers l’utérus et donc aggravation de ce Vide dans le reste de l’organisme occasionnant les migraines, l’insomnie et la constipation avec palpitations et asthénie.

Il faut traiter ce Vide de yin du Foie dû à un Vide de Sang au plus vite car sinon cela peut évoluer sur un retard de croissance intra-utérin (RCIU) et une menace d’accouchement prématuré (MAP).

 Traitement 

 Dans une première séance

 A 17SA+ 4 jours, il s’agira de puncturer :

- 17V(geshu) car il va mettre en circulation le Sang, mais va aussi ramener le yang en profondeur ce qui va favoriser le sommeil. Dans la mesure où le 17V répond au 39VB (xuanzhong) on peut penser qu’il joue aussi un rôle dans la cicatrisation de sa fissure anale.

- 20V (pishu) : point assentiment de la Rate qui agit sur les Vides de Sang.

- 9Rn (zhubin) : comme c’est la première fois que l’on voit cette femme pendant la grossesse, ce point est connu pour prévenir les problèmes de croissance et les contractions.

- 7C (shenmen) : va favoriser le sommeil mais aussi renforcer le qi du Cœur et va donc aider la femme à « revenir sur le bon chemin » de la grossesse.

 Deuxième séance 19SA 

 Madame Linda est moins fatiguée et n’a pas eu de migraines. Elle s’endort plus facilement. De même,  les lombalgies se sont beaucoup améliorées.

Les pouls : à la loge Foie, il est beaucoup plus tonique, au niveau Rate encore faible et au Rein gauche, on le trouve satisfaisant.

La constipation persiste encore ; de même les palpitations à l’effort, mais en moins fréquentes.

Très contente car elle a senti le bébé bouger cette semaine, pour la première fois.

Le traitement consistera en puncturant

- 6MC (neiguan) qui va tonifier le yin et disperser le yang de la poitrine, donc améliorer les palpitations et tonifier la Rate.

- 12VC (zhongwan) pour harmoniser le Réchauffeur moyen et tonifier la Rate et l’Estomac

- 10Rt (xuehai), point maître du Sang

- 8F (ququan), point de tonification du Foie qui vivifie et chasse les stagnations du Sang

 

Troisième séance 20SA 

 Madame Linda est épanouie. Elle a repris son travail et investi bien sa grossesse qui se déroule mieux.

Elle peut faire ses cours sans dyspnée, ni palpitations. Les lombalgies, motifs de la consultation initiale ont totalement disparu.

Nous pourrions nous abstenir de faire une séance. Cependant, il est intéressant de lui réaliser 7C et 9Rn pour consolider la grossesse.

Et par la suite, il semble nécessaire de voir par précaution cette femme une fois par mois jusqu’à la fin de la grossesse afin de surveiller si le Vide de Sang ne récidive pas. En effet, cette femme a déjà eu un passé lourd de Vide de Sang préexistant à la grossesse, et celle-ci constitue un facteur aggravant.

Nous devons aussi conseiller à cette femme d’avoir une alimentation variée, mais privilégier les viandes rouges, abats et boudin noir, le miel et sucre de canne, les épinards et les lentilles, les poires, les cerises, les pêches, le raisin, les châtaignes et les litchis selon les saisons.

Nous avons la chance et la possibilité par la prise des pouls de pouvoir détecter cela bien avant que les signes cliniques et physiques (RCIU et MAP) ne s’installent. Nous devons donc faire profiter ces femmes à risque, de l’intérêt préventif de l’acupuncture. 

 

 

 

Dr Augusta Guiraud-Sobral

Attachée au Centre hospitalier du Belvédère de Mont-Saint-Aignan (76)

Enseignante à la formation hospitalière d'acupuncture des sages-femmes

Chargé d'enseignement à la faculté de médecine de Rouen (DIU d'acupuncture obstétricale)

* : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Conflit d’intérêts : aucun

 

 

Les âges de la Vie ?

 

Les 14èmes journées de la FA.FOR.MEC qui se sont déroulées les 26 et 27 novembre 2010 à Rouen ont regroupé encore une fois dans la bonne humeur et la convivialité  tous les acupuncteurs de France. Ce grand rendez-vous annuel incontournable s’est fait l’écho de l’activité de plus de 27 associations qui composent la Fédération, mais aussi de celles des médecins Roumains et d’un nombre élevé de sages-femmes. 
Le thème était porteur : les âges de la vie. L’équipe organisatrice, sous la houlette de son Président Marc Martin nous a proposé de multiples conférences et ateliers.Certaines font déjà l’objet d’articles que vous pouvez découvrir dans ce numéro.

Emmanuel Escalle nous présente ainsi dans « A l’âge de la terre » une explication du cinquième âge. Henning Strøm nous a fait connaître au cours de sa conférence « Tiangui comme gouverneur des âges de la vie », une façon d’appréhender le traitement des pathologies liées aux âges de la vie par les points xi. Claire Gallon et Béatrice Paquier-Frering nous offrent une intégration de l’acupuncture en médecine occidentale dans l’exemple de l’aide médicale à la procréation.

D’autres articles suivront ultérieurement.

On a quitté ce congrès avec le constat que l’acupuncture en France trouve de plus en plus sa place à côté de la médecine occidentale et ceci dans le cadre de la médecine intégrative, chose qui ne nous avait pas échappé lors du congrès ICMART à Barcelone [1].

On n’hésite plus à utiliser l’acupuncture en maternité dans le cadre de la grossesse ou dans celui de la procréation médicale assistée, mais également en hôpital gériatrique dans la stratégie de la prise en charge des douleurs ostéoarticulaires.

Bref, il n’échappe plus à personne que l’acupuncture s’introduit peu à peu dans le panel de soins de santé et s’invite même sans complexe maintenant dans les centres hospitaliers. Pour preuve, la recherche clinique qui s’investit aussi en acupuncture, comme il en a été discuté en atelier avec le Professeur Jacques Weber, responsable du Centre d’Investigation Clinique (CIC) du CHU de Rouen. Quelques PHRC (Programme Hospitalier de Recherche Clinique) concernant l’acupuncture sont en cours ici et là, mais pas encore suffisamment. Ainsi la plupart des études contrôlées randomisées (ECR) est réalisée dans le monde anglo-saxon et pour un tiers en Chine ou en Asie.
Mais en France, de nombreuses études pilotes font état de résultats préliminaires prometteurs et avec l’aide des CIC pourront faire l’objet d’ECR de plus grande envergure, comme on espère pouvoir bientôt le constater avec une étude rouennaise.

Enfin, vous découvrirez dans ce numéro une nouvelle rubrique qui permettra de vous évaluer. Il s’agit d’un petit questionnaire « la chanson des 10 questions » réalisé par Pascal Clément et Grégory Moudens qui vous remémorera une autre chanson, celle de Zhang Jing-Yue sous la dynastie des Ming [2], connu pour ses commentaires du Huangdi neijing. N’hésitez pas à participer nombreux à ce quiz qui pourra aussi entrer dans le cadre du développement professionnel continu (DPC, en remplacement de la FMC -formation médicale continue-).

Références

1. Stéphan JM, Triadou P. Art, preuves et défis en acupuncture : congrès ICMART 2007 à Barcelone. Acupuncture & Moxibustion. 2007;6(3):269-277.

2. Auteroche B.  L’art d’interroger ou la chanson des dix questions. Méridiens. 1982;59-60:17-49.

Se connecter

Pour se connecter, veuillez-vous abonner en allant sur le lien abonnement -inscription ci-dessous