Couverture 5-2

Portrait Hua Tuo de l’Académie de Médecine Traditionnelle Chinoise (Beijing)

  Hua Tuo était un célèbre médecin de l’époque des Han,
  contemporain de Zhang Zhongjing

Hua Tuo était un célèbre médecin de l’époque des Han, contemporain de Zhang Zhongjing (auteur du Shanghan lun). Né autour de 110 après JC, il serait décédé vers 220 et aurait donc vécu une centaine d’année. Une grande quantité de légendes se rapportent à Hua Tuo, mais peu d’entre elles sont vérifiables. Médecin taoïste, il aurait pratiqué des interventions chirurgicales (kaifu shu, 開腹術) et inventé l’anesthésie par le chanvre indien (majue fa, 痲覺法) ainsi que le qigong des cinq animaux (wuqinxi, 五禽之戲), exercices thérapeutiques dans lesquels les mouvements de cinq animaux sont imités pour maintenir la bonne santé. Les documents de Mawangdui (Han occidentaux, IIème siècle avant JC), en particulier le Daoyin Tu(ouvrage sur les exercices thérapeutiques) attestent que ce genre d’exercices ont précédé Hua Tuo, qui fut certainement le premier à les systématiser.

Dr Florence Phan-Choffrut

© Acupuncture & Moxibustion Avril-Juin 2006 Volume 5(2).

Couverture 12-4

« Les Abricotiers yin-yang » (阴阳, yin yang xing shu)

 

 

« Les Abricotiers yin-yang » (阴阳, yin yang xing shu) ou « arbres Wukai » (凯树, wukai shu) est le logo du “Premier Forum international de la Médecine Chinoise en Occident” et des “Recherches anthropologiques sur les sociétés occidentales”*. Il signifie que les domaines de la médecine chinoise en Chine et en Occident sont différents, mais complémentaires et harmonieux.

Quelle est l’histoire de la “forêt des abricotiers (杏树森林, xing shu sen lin) ? La légende veut qu’un médecin taoïste, Dong Feng (董奉) né en 169 ne prenait pas de rémunération pour ses soins mais demandait aux patients guéris de planter des abricotiers. Ceux qui avaient une maladie légère plantaient un arbre, ceux qui avaient une maladie grave en plantaient cinq. Ainsi était apparue, des années après, une forêt d’abricotiers. On pouvait venir cueillir des fruits en laissant du riz d’un poids équivalent. Avec ce riz, Dong a pu sauver les pauvres de la famine. Depuis, la “forêt des abricotiers” est pour les Chinois le symbole du domaine de la médecine.

 Pr Hor Ting (贺霆, He Ting), conservateur du Musée de la MTC en Occident (中医西传博物馆, zhong yi xi chuan bo wu guan), Université du Yunnan, Chine

 Source : ‘Biographies des immortels’, Ge Hong (葛洪, 284-364), dynastie Jin ().

 * 21-22 juin 2013, Université de Médecine Traditionnelle de Kunming, Yunnan, Chine (中医医院, 昆明, 云南, 中国)

Couverture 10-2

Un soldat de l’armée de terre cuite de Qin Shi Huangdi

 L’Armée des soldats de terre cuite (bing ma yong, 兵马俑, littéralement statues funéraires des soldats et des chevaux) à Xi’an est un joyau archéologique qui donne un aperçu de la puissance du premier empereur chinois, Qin Shi Huangdi (秦始黄帝). Sa conquête des États des Zhou () orientaux mit fin à la période des Royaumes Combattants (– 453 – 221 avant J.-C.).

 

Le soldat présenté en couverture est dans la salle d’exposition du site. Il a perdu ses couleurs d’origine au fil des 22 siècles passés dans l’obscurité. On pense que 700 000 mille ouvriers ont été employés à la construction du mausolée de Qin Shi Huangdi. La tombe de l’empereur et la pyramide de terre qui la surplombe sont encore intactes1.

L’armée à laquelle appartient ce militaire, prête au combat, composée d’archers, d’arbalétriers, d’infanterie, de cavaliers, tournée vers l’est, protège l’empereur dans l’au-delà. Le stade industriel a été nécessaire pour réaliser ces statues de terre cuite, mais chaque visage est différent. Le travail est très fin, comme le montrent les détails du visage, le délicat contour des yeux, le dessin des rides sur le front, la fine moustache, l’agrafe de la tunique …

On peut voir et revoir la halle immense où sont exposés ces soldats, au lieu même où ils ont été découverts. À chaque fois, on ressent le choc de l’immensité et du nombre : 6000 guerriers immobiles.

  Patrick Sautreuil

 Note

 1. Une description en est donnée dans les Mémoires Historiques (, shiji) de Sima Qian (马迁, - 146 -86 avant J.-C.)