Medline Méridiens

L’acupuncture, utilisée dans un système intégré de soins, permet de traiter avec efficacité les bouffées de chaleur

Un essai comparatif randomisé (ECR) a été réalisé en ambulatoire pour évaluer l’effet de l’acupuncture sur les bouffées de chaleur et autres symptômes liés à la ménopause. L‘acupuncture est dispensée dans le cadre d’un système intégré de soins, incluant des méthodes à visée thérapeutique telles que la diététique et l’automassage tuina.


 

Voir en ligne : Baccetti S, Da Frè M, Becorpi A, Faeda M, Guerrera A, Monechi MV, Munizzi RM, Parazzini F. Acupuncture and traditional chinese medicine for hot flushes in menopause : a randomized trial. J Altern Complement Med. 2014 Jul ;20(7):550-7. doi : 10.1089/acm.2012


L’étude a inclus cent femmes en ménopause spontanée avec au moins trois épisodes de bouffées de chaleur par jour. Elles ont été réparties de façon aléatoire en deux groupes de traitement (cinquante par groupe). Dans le groupe A, les participantes reçoivent des conseils en diététique, une formation à l’automassage et un traitement par acupuncture. Les femmes dans le groupe B (groupe témoin) ont reçu les mêmes conseils en diététique, une formation à l’automassage, mais le traitement par acupuncture a débuté plus tard, seulement six semaines après inclusion dans l’étude. Le traitement par acupuncture a été programmé deux fois par semaine pendant six semaines consécutives, selon un protocole personnalisé basé sur la théorie des Cinq Eléments. Fleur de prunier de la région dorsale (C7-D5) pendant 5 min, par stimulation de trois lignes dans la région scapulaire, trois fois pour chaque ligne avec la même intensité. Douze séances d’électroacupuncture (EA) (30 min) ont été programmées aussi sur les points suivants : 
  EA en dispersion (100 cycles/sec) sur 23VG, 22VC, 2V, 11GI, 4GI. 
  EA en tonification (40 cycles/sec) : 10Rt, 6Rt. 
  Puncture en tonification sans EA : aiguille tournée dans le sens de la circulation de l’énergie : 20VG, 4VC, 6VC, 37E, 3F. L’efficacité est évaluée, par questionnaire après la quatrième semaine de traitement, sur la variation moyenne de la fréquence et/ou de l’intensité des symptômes liés à la ménopause. Les résultats ont montré que le traitement par acupuncture réduit de manière significative l’apparition de bouffées de chaleur et la transpiration soudaine (p < 0,001). Par ailleurs, les autres symptômes (troubles du sommeil, sensation d’oppression dans la poitrine, irritabilité, douleurs osseuses, dépression) sont nettement améliorés. L’acupuncture, utilisée dans un système intégré de soins comportant la diététique et l’automassage tuina, permet de traiter efficacement les bouffées de chaleur associées aux autres symptômes de la ménopause.

Medline Méridiens

Medline (MEDical Literature Analysis and Retrieval System on LINE) est la banque de données bibliographiques de référence en médecine : plus de vingt-neuf millions de notices, plus de 4600 publications indexées par la National Library of Medicine dont le siège se situe à Bethesda aux Etats Unis. Medline (PubMed) se caractérise par son choix des revues indexées très orientées sur la clinique. Les sujets couverts sont tous les domaines biomédicaux : médecine clinique, biologie, biochimie, santé publique, éthique, pharmacologie, toxicologie, odontologie, médecine vétérinaire etc. Son langage original est le thésaurus MeSH adopté déjà par de nombreux répertoires. Les requêtes sont faites par l’intermédiaire de 2 types de mots clés : les mots du titre et du résumé des articles et les descripteurs MeSH. Le thésaurus MeSH (abréviation de Medical Subject Heading) est le vocabulaire contrôlé utilisé par les documentalistes de la National Library of Medecine pour indexer tous les articles présents dans Medline. Les références de Medline se différencient, depuis la disparition de pré-medline au début de l’année 2001, en fonction de leur niveau d’apparition dans la base. Trois niveaux sont possibles : 
- les références envoyés par voie électronique par un éditeur et reconnaissable à la mention "PubMed as supplied by publisher" et qui ne sont pas encore indexées ; 
- les références en attentes d’indexation et reconnaissable à la mention "PubMed - in process" ; 
- les référence définitives, indexées complètement et vérifiées, reconnaissable à la mention "PubMed indexed for MEDLINE". A noter que l’indexation est plus ou moins rapide (immédiate à plusieurs mois) en fonction des périodiques.

Allez directement sur le site de medline

NOTEZ BIEN QUE CERTAINS ARTICLES DISPONIBLES EN LIBRE ACCES AU MOMENT DE LA PARUTION SONT QUELQUE FOIS VALIDES QUE POUR UNE DUREE DE 2 MOIS A 4 MOIS SELON LA REVUE ; DONC INTERET DE LES TELECHARGER LOCALEMENT SI VOUS VOULEZ LES CONSULTER ULTERIEUREMENT.

Rhabdomyolyse et insuffisance rénale aiguë dans les suites d’un traitement par acupuncture

Des auteurs du Département de Médecine Interne – Néphrologie du Centre Hospitalier Universitaire de Patras (Grèce) ont rapporté une rhabdomyolyse sévère avec lésion aiguë du rein suite à des séances d’acupuncture chez un homme de 64 ans.


 

Voir en ligne : Papasotiriou M, Betsi G, Tsironi M, Assimakopoulos. Rhabdomyolysis and acute kidney injury after acupuncture sessions. Saudi J Kidney Dis Transpl 2014 May ;25(3):643-6.


La rhabdomyolyse est la lyse du muscle squelettique, au cours de laquelle des électrolytes (potassium, phosphore), la myoglobine, la créatine kinase (CK), la lactate déshydrogénase (LDH), l’aspartate aminotransférase (AST) et d’autres protéines sont libérés à partir des cellules musculaires dans la circulation. Les causes les plus fréquentes sont le traumatisme du muscle (soit directement, soit par excès d’exercice physique), l’abus et la consommation de certains alcools et médicaments. Une faiblesse musculaire, une myalgie et des urines de couleur foncée constituent les symptômes les plus courants. L’insuffisance rénale aiguë (IRA) suite à la myoglobinurie est une complication potentiellement mortelle de la rhabdomyolyse. Chez ce patient admis aux Urgences pour douleur et faiblesse des membres inférieurs, ainsi que pour troubles de l’équilibre durant les dernières 24 h, le diagnostic de rhabdomyolyse est basé sur des critères cliniques et paracliniques. Lors des six derniers jours précédant l’hospitalisation, il a été soigné par acupuncture au niveau des jambes, pour gonarthrose et arthralgies dont il souffrait depuis plusieurs mois. L’histoire de la maladie n’a pas pu déceler de cause évidente de rhabdomyolyse et d’IRA autre que l’acupuncture. Sans pouvoir définir avec précision le mécanisme qui a induit la rhabdomyolyse, les auteurs supposent que l’insertion des aiguilles d’acupuncture aurait pu causer un traumatisme musculaire ou une lésion vasculaire, susceptible de provoquer l’ischémie du muscle. D’autres études sont nécessaires pour déterminer si l’acupuncture pourrait provoquer une rhabdomyolyse grave et quels en sont les facteurs favorisants.

Acupression et électroacupuncture : il n’y a pas de différence dans la réponse corticale


Les études en IRM fonctionnelles objectivent que les stimuli acupuncturaux entraînent un effet dans la zone sous-corticale. Mais il existe aussi une action sur l’aire primaire somatosensorielle (S1). A partir d’une magnétoencéphalographie tête entière (MEG), les auteurs ont donc analysé l’effet sur cette zone S1 de 15 minutes d’électroacupuncture (EA) et l’acupression (AP) afin d’évaluer les différents types de simulation d’acupuncture. Il s’avère que les deux formes d’acupuncture entrainent une diminution significative des amplitudes de réponse après cinq minutes de stimulation. Toutefois, la latence de ces baisses a été plus précoce par EA ( 30 ms après le stimulus) que par AP (> 100 ms). En conclusion les deux formes d’acupuncture (EA et AP) agissent sur la zone SI, de concert avec leurs effets sur la régulation sous-corticale endogène antalgique. Donc ces thérapies ont un potentiel de traitement touchant la zone S1 et éventuellement peut modifier la neuroplasticité. Une étude plus approfondie au sein des populations neuropathiques serait nécessaire afin de l’évaluer.