Acupuncture et Procréation Médicale Assistée

L’acupuncture peut être aussi efficace que les techniques occidentales de Procréation Médicale Assistée (PMA) chez les femmes infertiles

Les résultats de la méta-analyse montrent ici une augmentation statistiquement significative du taux de grossesse entre le groupe acupuncture seule versus groupe témoin : risque relatif RR= 2,63 (IC 95% 1,60-4,32) ; I²=0%, soit 2,63 fois de plus de possibilité d’être enceinte par acupuncture.

En Chine, l'acupuncture est largement utilisée par les femmes infertiles dans un but de procréation médicale assistée (PMA) mais pas toujours associée aux protocoles usuels de PMA occidentale. De ce fait, cette méta-analyse a pour objectif d’évaluer son efficacité. Six bases de données (Medline, Embase, the Cochrane Central Register of Controlled Trials, the China National Knowledge Infrastructure (CNKI), the China Science and Technology Journal Database (VIP), and Wan-Fang Data) ont été explorées jusqu’en juin 2018. Vingt-deux essais comparatifs randomisés (ECR) concernant 2591 femmes souffrant d'infertilité traitées par acupuncture ou par traitement combiné (phytothérapie chinoise, thérapeutique occidentale de la PMA) ont été inclus. La méta-analyse a été réalisée à l'aide de Revman 5.3. La qualité méthodologique des études a été évaluée à l'aide de l'outil d'évaluation du risque de biais de la Cochrane Collaboration. Le taux de grossesse a été significativement amélioré avec le traitement acupunctural seul ou associé (RR=1,84 ; IC à 95% = 1,62 à 2,10 ; p<0,00001) par rapport à celui du groupe témoin. L'analyse des sous-groupes a objectivé une amélioration significative également avec acupuncture plus médecine occidentale, ou acupuncture plus pharmacopée chinoise ou acupuncture plus pharmacopée chinoise et médecine occidentale en comparaison à une intervention de médecine occidentale pure.  Il a été également observé une amélioration significative de l'infertilité quels qu’en soient la cause  de l’infertilité : syndrome des ovaires polykystiques, infertilité tubaire, troubles ovulatoires ou autres facteurs. 

De surcroît, le taux d'ovulation et l'épaisseur de l'endomètre ont été significativement augmentés. Ainsi dans neuf ECR (n=786), l'épaisseur de l'endomètre a été significativement augmentée. La différence moyenne (DM) sur modèle à effets aléatoires offre une différence statistiquement significative entre les groupes acupuncture et le groupe témoin (DM=1,39 ; IC à 95% 0,51 à 2,27 ; p=0,002). Cependant ce résultat est à tempérer du fait de la grande hétérogénéité statistique entre les études (I² =97%). La concentration de LH a également été diminuée. Par ailleurs, on note moins d'effets indésirables avec l’acupuncture qu’avec les traitements pharmacologiques. En conclusion, l'acupuncture et ses thérapies combinées peuvent être efficaces pour traiter l'infertilité féminine. Cependant, les études incluses ne sont pas suffisamment robustes pour permettre de tirer une conclusion ferme en raison de nombreux biais liés à la qualité des études incluses. De futurs ECR de haute qualité méthodologique sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

 Yun L, Liqun W, Shuqi Y, Chunxiao W, Liming L, Wei Y. Acupuncture for infertile women without undergoing assisted reproductive techniques (ART): A systematic review and meta-analysis. Medicine (Baltimore). 2019 Jul;98(29):e1646.3