Uro-néphrologie

L’électroacupuncture au point 40V (Weizhong) est efficace pour soulager la douleur provoquée par la lithotripsie extracorporelle tout comme l’EA simulée

La lithotripsie ou lithotritie extracorporelle (LEC) est une technique qui consiste à éliminer en fragments les calculs par le biais d’ondes de choc ultrasonores. La LEC est l’option privilégiée pour le traitement de la lithiase urinaire. Cependant, l’intensité de la douleur induite nécessite généralement le recours aux agents anesthésiques ou analgésiques. Une équipe taïwanaise a réalisé une étude contrôlée randomisée en simple aveugle chez 74 patients traités par LEC pour lithiase urinaire supérieure. L’objectif est de développer une approche de l’anesthésie assistée par acupuncture, afin d’améliorer le soulagement de la douleur.


 

Voir en ligne : Chen WT, Chang FC, Chen YH, Lin JG. An Evaluation of Electroacupuncture at the Weizhong Acupoint (BL-40) as a Means of Relieving Pain Induced by Extracorporeal Shock Wave Lithotripsy. Evid Based Complement Alternat Med. 2014 ;2014:592319. doi : 10.1155/2014

Lithiase vésicale. Iconographie de Nevit Dilmen sous licence CC BY-SA 3.0 disponible http://commons.wikimedia.org/wiki/File :Bladder_Stone_08783.jpg#mediaviewer/File :Bladder_Stone_08783.jpg


Les participants sont répartis de façon aléatoire en trois groupes : groupe haute fréquence électro-acupuncture (EA 100 Hz), groupe électro-acupunture simulée (sham-EA) et groupe contrôle. Chaque groupe est composé de 24-25 patients. Aucune procédure n’a été réalisée avant la LEC pour le groupe témoin. Dans les groupes EA 100 Hz et sham-EA, deux aiguilles sont insérées sur la jambe du côté affecté par la lithiase urinaire, au point 40V (Weizhong) et en un point en dehors du méridien, à 3 cm du point 40V. Dans le groupe EA, seul le point 40V est manipulé pour obtenir la sensation de « deqi ». La haute fréquence 100 Hz (largeur d’impulsion 100 𝜇s) est appliquée pendant 20 minutes avant la LEC, le pôle négatif de l’électrostimulateur étant connecté au point 40V et le pôle positif à l’autre point, Une intensité appropriée (1 2mA) est réglée de telle sorte que le patient soit conscient de la sensation et qu’une légère vibration des muscles soit observable.

Dans le groupe sham-EA, les procédures ont été réalisées comme celles du groupe EA100 Hz, mais sans recherche de « deqi » et sans.stimulation des points d’acupuncture par le courant électrique. Les données telles que la fréquence et le dosage des besoins analgésiques, le score de la douleur, les signes vitaux, ainsi que la satisfaction de la procédure ont été recueillies.

Les résultats ont montré que l’intervalle de la première demande analgésique, la fréquence / dose totale d’analgésiques supplémentaire, le temps de récupération de l’anesthésie et la satisfaction étaient tous meilleurs à la fois pour le groupe EA 100 Hz et le groupe sham-EA.

Pour le groupe EA 100 Hz, il a été noté un meilleur soulagement des sensations douloureuses par l’effet retardé de l’apparition de la douleur. D’après cette étude, l’EA 100 Hz et l’EA simulée soulagent avec efficacité la douleur causée par la LEC et contribuent à réduire la dose d’analgésiques utilisée.

L’électroacupuncture améliore la fonction vésicale après rachianesthésie

La rachianesthésie est la technique la plus simple et la plus fiable en anesthésie régionale. Elle est largement utilisée pour les interventions basses de l’abdomen, du bassin, du périnée, et la chirurgie des membres inférieurs. Par rapport à l’anesthésie générale, l’anesthésie rachidienne a des nombreux avantages dont la récupération rapide, un faible inconfort du patient en cours de procédure et une diminution du besoin d’analgésie postopératoire. Mais, la rachianesthésie est susceptible d’entraîner un dysfonctionnement du détrusor en raison du bloc des voies réflexes afférente et efférente de la miction, pouvant ainsi conduire à une dilatation de la vessie. Lorsque la vessie est trop dilatée, la contractilité du détrusor s’affaiblit et induit une rétention urinaire postopératoire. Une équipe chinoise a réalisé une étude pour évaluer l’action de l’électroacupuncture sur la récupération de la fonction vésicale après anesthésie rachidienne.


 

Voir en ligne : Gao Y, ZhouX, Dong X, Jia Q, Xie S, Pang R. Electroacupuncture for Bladder Function Recovery in Patients Undergoing Spinal Anesthesia. Evid Based Complement Alternat Med. 2014 ;2014:892619. doi : 10.1155/2014/892619. Epub 2014 Dec 24.


Soixante et un patients ayant reçu une rachianesthésie ont été recrutés et répartis de façon aléatoire dans deux groupes : groupe EA traité par électroacupuncture (n = 31) et groupe contrôle (n = 30) sans aucun traitement. Le critère principal d’évaluation était l’incidence de la vessie dilatée et de la rétention urinaire postopératoire. Les critères secondaires étaient le temps d’obtention de la miction spontanée, le volume d’urine évacué et les événements indésirables. Les points d’acupuncture 3VC (Zhong Ji), 4VC (Guan Yuan) et 29E bilatérale (Gui Lai) ont été sélectionnés. Après insertion des aiguilles, la stimulation électrique a été appliquée pendant 30 minutes, à basse fréquence (2 Hz) en stimulation onde continue. Tous les participants ont complété l’étude. Pendant le suivi post-opératoire, le nombre de patients avec vessie dilatée du groupe EA est significativement inférieur à celui du groupe contrôle (16,1% versus 53,3%, p <0,01). Cependant, aucune différence significative n’a été observée dans l’incidence de la rétention urinaire post-opératoire entre les deux groupes (0% contre 6,7%, p> 0,05). En outre, un temps plus court à la reprise de la miction spontanée a été constaté dans le groupe EA par rapport au groupe contrôle (228 min contre 313 min, P <0,001), alors que le volume d’urine et les effets indésirables n’ont pas présenté de différence significative entre les deux groupes. En termes de différence d’âge, les patients les plus jeunes (≤50 ans) avaient pris moins de temps pour récupérer une miction spontanée par rapport aux plus âgés (> 50 ans) dans le groupe EA, alors qu’aucune différence significative n’a été observée dans le groupe témoin. Concernant la dilatation de la vessie, le groupe des plus jeunes et celui des plus âgés avaient présenté un pourcentage similaire dans le groupe EA (12,5% contre 17,4%) et le groupe témoin (50% contre 55%), respectivement. En outre, aucune différence significative n’a été observée entre les hommes et les femmes dans les deux groupes. Chez les patients subissant une anesthésie rachidienne, l’électroacupuncture réduit la survenue de vessie dilatée et raccourcit le temps de reprise de la miction spontanée. Elle peut représenter une stratégie pour traiter le dysfonctionnement de la vessie suite à une rachianesthésie.

Rétention urinaire chronique suite à une lésion médullaire : efficacité de l’acupuncture comme traitement complémentaire

Une équipe chinoise a réalisé une revue de la littérature pour évaluer l’innocuité et l’efficacité de l’acupuncture dans le traitement de la rétention urinaire suite à une lésion médullaire. La rétention urinaire est définie comme une vessie qui se vide de façon incomplète (volume résiduel post-mictionnel VRPM > 300 ml) ou ne se vide pas du tout (VRPM > 1 000 ml).


 

Voir en ligne : Wang J, Zhai Y, Wu J, Zhao S, Zhou J, Liu Z. Acupuncture for Chronic Urinary Retention due to Spinal Cord Injury : A Systematic Review. Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine

L'acupuncture en association avec le cathétérisme intermittent aseptique est plus bénéfique à la rétention urinaire suite à une lésion médullaire que le cathétérisme intermittent aseptique seul (RR=1,23 ; IC95%1,10-1,38).

Une équipe chinoise a réalisé une revue de la littérature pour évaluer l’innocuité et l’efficacité de l’acupuncture dans le traitement de la rétention urinaire suite à une lésion médullaire. La rétention urinaire est définie comme une vessie qui se vide de façon incomplète (volume résiduel post-mictionnel VRPM > 300 ml) ou ne se vide pas du tout (VRPM > 1 000 ml). Dans cette revue, ont été exclues les études non randomisées, quasi-randomisées, rétrospectives, des rapports de cas, des séries de cas, ainsi que les revues de la littérature. Les essais utilisant différentes techniques d’acupuncture traditionnelle chinoise (acupuncture manuelle, électroacupuncture, auriculoacupuncture) ont été retenus. Les ECR impliquant l’acupuncture combinée à une autre thérapie ont également été inclus si cet autre traitement était le même dans les deux groupes (expérimental et contrôle). Les essais comparant différents types d’acupuncture et différents points d’acupuncture ont été exclus. Seuls trois ECR, incluant 334 patients ont été retenus. L’électroacupuncture a été appliquée dans deux essais. L’acupuncture manuelle (basée sur le diagnostic de la maladie et non sur la différenciation du syndrome) a été utilisée dans un essai. Tous les patients ont reçu un traitement d’acupuncture une fois par jour, et chaque traitement a duré 20 ou 30 minutes. La durée du traitement varie de deux semaines (électroacupuncture) à huit semaines (acupuncture manuelle).

Les points zhongji (3VC), qihai (6VC) et guanyuan (4VC) ont été les points les plus fréquemment utilisés, avec une incidence de 100% pour les trois ECR. Puis viennent les points pangguangshu (28V), shenshu (23V), qugu (2VC), yinlingquan (9Rte) et sanyinjiao (6Rte), avec une incidence de 66,7%. Les autres points mentionnés dans les ECR ont été yaoyangguan (3VG), mingmen (4VG), ciliao (32V), shangliao (31V), zhongliao (33V) et xialiao (34V). Le deqi a été obtenu pour tous les points.

Un essai a comparé l’acupuncture à l’acupuncture associée à une rééducation vésicale, sphinctérienne et mictionnelle. Deux essais ont comparé le cathétérisme intermittent aseptique à l’acupuncture associée au cathétérisme intermittent aseptique. Dans ces trois essais, certaines mesures supplémentaires ont été appliquées à la fois dans les deux groupes expérimentaux et contrôles, comportant des médicaments neurotrophiques, la régulation de l’équilibre hydro-électrolytique et acido-basique. La méta-analyse a montré que l’acupuncture associée à la rééducation donne de meilleurs résultats que la réadaptation isolée dans la diminution du VRPM (figure 1). De même, l’acupuncture combinée au cathétérisme intermittent aseptique donne de meilleurs résultats que le cathétérisme intermittent aseptique seul. Aucun événement indésirable grave n’a été signalé. En conclusion, l’acupuncture utilisée comme thérapie complémentaire peut avoir un effet potentialisateur dans le traitement de la rétention urinaire suite à une lésion médullaire. Toutefois, en raison de l’absence d’ECR de haute qualité, des ECR bien conçus sont nécessaires pour fournir des preuves solides.

L’acupuncture est efficace sur la douleur pelvienne chronique chez les hommes souffrant de prostatite chronique

Après traitement, le score de la douleur a été considérablement diminué dans les deux groupes (p &lt;0,01), mais la réduction du score de la douleur dans le groupe acupuncture était de manière statistiquement significative (p &lt;0,05) plus élevé que dans le groupe médical (6,65 vs 3,89). Il n'y avait pas de différence statistiquement significative des symptômes urinaires NIH-CPSI et du score de qualité de vie entre les deux groupes avant et après le traitement (p&gt;0,05). La réduction de la douleur (6,65 vs 3,89) et le score total (12,54 vs 6,43) dans le groupe acupuncture étaient néanmoins réduits de manière statistiquement significative par rapport au groupe médical (p &lt;0,01). La prostatite est une affection urologique commune chez l’homme, sa prévalence étant estimée à 9,7 % avec une incidence de récurrence de 20 % à 50 %. La plupart des prostatites bactériennes aiguës sont occasionnées par une infection urétrale ascendante. Un reflux d’urine dans les canaux prostatiques et éjaculateurs permet ensuite l’entrée de microorganismes dans la prostate. Le National Institutes of Health (NIH) subdivise cette affection en quatre catégories de I (prostatite bactérienne aiguë à IV (prostatite inflammatoire asymptomatique). La catégorie IIIB est une prostatite chronique associée à un syndrome de douleur pelvienne chronique non inflammatoire (PCIIIB) et correspond à 90% à 95% des prostatites. La prostatite bactérienne chronique se différencie de la forme aiguë entre autres par le fait que les symptômes durent plus de trois mois et ne touchent que de 5 % à 10 % des hommes. La prise en charge de la prostatite chronique et du syndrome de douleur pelvienne chronique peut être complexe. Le traitement demeure actuellement controversé parce qu’il y a peu d’études convaincantes. La seule chose qui fait consensus est la nécessité d’utiliser le questionnaire NIH-CPSI comme outil d’évaluation de la réponse thérapeutique. Le NIH Chronic Prostatitis Symptom Index est un outil validé qui permet de mesurer la présence et l’intensité des symptômes de prostatite chronique, bref d’évaluer l’évolution de la maladie et l’efficacité des traitements. L’antibiothérapie reste le traitement préconisé malgré les incertitudes sur l’origine infectieuse de cette affection et sur l’absence de preuves de son efficacité. Il n’y a pas de consensus sur la durée optimale du traitement antibiotique. Parmi les études où l’on a noté une réduction modeste du score NIH-CPSI, les antibiotiques utilisés étaient généralement des fluoroquinolones sur une période de quatre à six semaines, mais il n’existe actuellement aucune preuve de l’efficacité de l’antibiothérapie. D’où l’intérêt de cette étude pragmatique randomisée mais non en aveugle.

De novembre 2008 à mai 2009, cinquante-quatre patients de sexe masculin souffrant de PCIIIB ont été randomisés aléatoirement en deux groupes : groupe traitement médical habituel (groupe 1, n=28) et groupe acupuncture (groupe 2, n=26). Le groupe 1 a bénéficié de lévofloxacine 500 mg par jour et ibuprofène 200 mg deux fois par jour pendant six semaines. Dans le groupe acupuncture, V32 (ciliao) bilatéralement et V33 (zhongliao) ont été utilisés pour stimuler le nerf sacré par électroacupuncture (Agistim Duo®, deux fois par semaine pendant sept semaines à la fréquence de 99 Hz. Les autres points utilisés : V28, VB41, F3, GI4, Rt6 et Rt8. Le critère de jugement : questionnaire NIH-CPSI. Les résultats après un suivi moyen de vingt-huit semaines objectivent dans le groupe acupuncture une réduction de la douleur, des symptômes urinaires et une amélioration de la qualité de la vie par rapport au groupe médical. En conclusion, malgré la limitation de l’étude qui est de type pragmatique, sans intervention en aveugle et sans groupe témoin, le traitement d’acupuncture et d’électoacupuncture est un traitement sûr et efficace chez les patients souffrants de prostatite chronique de catégorie IIIB.


 

Voir en ligne : Küçük EV, Suçeken FY, Bindayı A, Boylu U, Onol FF, Gümüş E. Effectiveness of acupuncture on chronic prostatitis-chronic pelvic pain syndrome category IIIB patients : a prospective, randomized, nonblinded, clinical trial. Urology. 2015 Mar ;85(3):636