Medline Méridiens

Rhabdomyolyse et insuffisance rénale aiguë dans les suites d’un traitement par acupuncture

Des auteurs du Département de Médecine Interne – Néphrologie du Centre Hospitalier Universitaire de Patras (Grèce) ont rapporté une rhabdomyolyse sévère avec lésion aiguë du rein suite à des séances d’acupuncture chez un homme de 64 ans.


 

Voir en ligne : Papasotiriou M, Betsi G, Tsironi M, Assimakopoulos. Rhabdomyolysis and acute kidney injury after acupuncture sessions. Saudi J Kidney Dis Transpl 2014 May ;25(3):643-6.


La rhabdomyolyse est la lyse du muscle squelettique, au cours de laquelle des électrolytes (potassium, phosphore), la myoglobine, la créatine kinase (CK), la lactate déshydrogénase (LDH), l’aspartate aminotransférase (AST) et d’autres protéines sont libérés à partir des cellules musculaires dans la circulation. Les causes les plus fréquentes sont le traumatisme du muscle (soit directement, soit par excès d’exercice physique), l’abus et la consommation de certains alcools et médicaments. Une faiblesse musculaire, une myalgie et des urines de couleur foncée constituent les symptômes les plus courants. L’insuffisance rénale aiguë (IRA) suite à la myoglobinurie est une complication potentiellement mortelle de la rhabdomyolyse. Chez ce patient admis aux Urgences pour douleur et faiblesse des membres inférieurs, ainsi que pour troubles de l’équilibre durant les dernières 24 h, le diagnostic de rhabdomyolyse est basé sur des critères cliniques et paracliniques. Lors des six derniers jours précédant l’hospitalisation, il a été soigné par acupuncture au niveau des jambes, pour gonarthrose et arthralgies dont il souffrait depuis plusieurs mois. L’histoire de la maladie n’a pas pu déceler de cause évidente de rhabdomyolyse et d’IRA autre que l’acupuncture. Sans pouvoir définir avec précision le mécanisme qui a induit la rhabdomyolyse, les auteurs supposent que l’insertion des aiguilles d’acupuncture aurait pu causer un traumatisme musculaire ou une lésion vasculaire, susceptible de provoquer l’ischémie du muscle. D’autres études sont nécessaires pour déterminer si l’acupuncture pourrait provoquer une rhabdomyolyse grave et quels en sont les facteurs favorisants.

L’acupuncture, utilisée dans un système intégré de soins, permet de traiter avec efficacité les bouffées de chaleur

Un essai comparatif randomisé (ECR) a été réalisé en ambulatoire pour évaluer l’effet de l’acupuncture sur les bouffées de chaleur et autres symptômes liés à la ménopause. L‘acupuncture est dispensée dans le cadre d’un système intégré de soins, incluant des méthodes à visée thérapeutique telles que la diététique et l’automassage tuina.


 

Voir en ligne : Baccetti S, Da Frè M, Becorpi A, Faeda M, Guerrera A, Monechi MV, Munizzi RM, Parazzini F. Acupuncture and traditional chinese medicine for hot flushes in menopause : a randomized trial. J Altern Complement Med. 2014 Jul ;20(7):550-7. doi : 10.1089/acm.2012


L’étude a inclus cent femmes en ménopause spontanée avec au moins trois épisodes de bouffées de chaleur par jour. Elles ont été réparties de façon aléatoire en deux groupes de traitement (cinquante par groupe). Dans le groupe A, les participantes reçoivent des conseils en diététique, une formation à l’automassage et un traitement par acupuncture. Les femmes dans le groupe B (groupe témoin) ont reçu les mêmes conseils en diététique, une formation à l’automassage, mais le traitement par acupuncture a débuté plus tard, seulement six semaines après inclusion dans l’étude. Le traitement par acupuncture a été programmé deux fois par semaine pendant six semaines consécutives, selon un protocole personnalisé basé sur la théorie des Cinq Eléments. Fleur de prunier de la région dorsale (C7-D5) pendant 5 min, par stimulation de trois lignes dans la région scapulaire, trois fois pour chaque ligne avec la même intensité. Douze séances d’électroacupuncture (EA) (30 min) ont été programmées aussi sur les points suivants : 
  EA en dispersion (100 cycles/sec) sur 23VG, 22VC, 2V, 11GI, 4GI. 
  EA en tonification (40 cycles/sec) : 10Rt, 6Rt. 
  Puncture en tonification sans EA : aiguille tournée dans le sens de la circulation de l’énergie : 20VG, 4VC, 6VC, 37E, 3F. L’efficacité est évaluée, par questionnaire après la quatrième semaine de traitement, sur la variation moyenne de la fréquence et/ou de l’intensité des symptômes liés à la ménopause. Les résultats ont montré que le traitement par acupuncture réduit de manière significative l’apparition de bouffées de chaleur et la transpiration soudaine (p < 0,001). Par ailleurs, les autres symptômes (troubles du sommeil, sensation d’oppression dans la poitrine, irritabilité, douleurs osseuses, dépression) sont nettement améliorés. L’acupuncture, utilisée dans un système intégré de soins comportant la diététique et l’automassage tuina, permet de traiter efficacement les bouffées de chaleur associées aux autres symptômes de la ménopause.

Traitement de la gonarthrose chronique par moxibustion

Une équipe coréenne a réalisé une étude multicentrique contrôlée randomisée, sans insu (étude ouverte) et en groupes parallèles, pour évaluer l’innocuité et l’efficacité de la moxibustion sur la douleur et sur la fonction dans la gonarthrose chronique (GC). L’essai a inclus 212 patients atteints de GC âgés de 40 à 70 ans.


 

Voir en ligne : Kim TH et al. Moxibustion Treatment for Knee Osteoarthritis : A Multi-Centre, Non-Blinded, Randomised Controlled Trial on the Effectiveness and Safety of the Moxibustion Treatment versus Usual Care in Knee Osteoarthritis Patients. PLoS One. 2014 Jul 25 ;9(7

JPG - 113.7 ko
IRM de l’arthrose du genou

Le degré de gravité est déterminé selon la classification radiologique de sévérité de la gonarthrose de Kellgren-Lawrence. Les participants sont répartis de façon aléatoire en deux groupes de traitement. Le groupe « moxibustion » comporte 102 patients (dont 73 avec forme bénigne ; 29 avec formes modérée à sévère). Dans le groupe « soins standard habituels », il y a 110 patients (dont 77 avec forme bénigne ; 33 avec formes modérée à sévère). La durée du traitement est de 4 semaines. L’évaluation de l’efficacité, réalisée aux 5e et 13e semaines, utilise le questionnaire Korean Western Ontario et McMaster Universities (K-WOMAC), l’échelle d’auto-évaluation de la qualité de vie liée à la santé SF-36, l’échelle de Beck (BDI : Beck Depression Inventory), le test de performance physique et l’échelle numérique de notation de la douleur. Le critère principal est basé sur le Score global K-WOMAC à 5 semaines. La moxibustion est pratiquée 3 fois par semaine pendant 4 semaines, de façon unilatérale ou bilatérale si le patient souffre des deux genoux. Les points utilisés sont les 6 points d’acupuncture choisis selon la médecine traditionnelle coréenne (36E, 35E, 34E, 9Rt, Ex-LE04 et 10Rt) et les points Ashi (2 points au maximum). A chaque séance de traitement, un total de trois cônes de moxibustion est appliqué indirectement aux points d’acupuncture. Chaque cône de moxibustion brûlé est maintenu en place pendant environ 5 à 10 minutes, puis enlevé lorsque le patient ne peut plus tolérer la stimulation. Les moxas sont sans fumée, dans un dispositif en papier de forme cylindrique (diamètre de 1,9 cm et longueur de 2,1 cm. Il n’y a pas de contact direct entre la moxibustion et la peau.

Les résultats ont montré que le critère principal est amélioré pour le groupe à forme bénigne, mais pas pour le groupe de formes modérée à sévère. À 13 semaines, la moxibustion a considérablement amélioré le score global K-WOMAC. La moxibustion améliore les scores de SF-36, la composante physique (p = 0,0299), la douleur physique (p = 0,0003), l’Echelle d’Évaluation Globale de Fonctionnement physique (p = 0,0025) et de fonctionnement social (p = 0,0418) à 5 semaines, avec aucune différence dans la composante mentale à 5 et à 13 semaines. Le score de dépression BDI n’a montré aucune différence (p = 0,34) à 5 semaines. Au cours de 1158 traitements de moxibustion, 121 événements indésirables ont été notés : brûlures de premier degré (n = 6) et de second degré (n = 113), prurit et fatigue (n = 2).

La moxibustion peut améliorer la douleur, la fonction et la qualité de vie des patients atteints de GC, mais les effets indésirables sont fréquents. Les limitations de cette étude résident en l’absence d’insu (que ce soit en simple ou double aveugle) et de groupe contrôle.


Iconographie réalisée par Knorpelaufbrauch, sous licence CC BY-SA 3.0 disponible http://commons.wikimedia.org/wiki/File :Gonarthrose-Knorpelaufbrauch.jpg#mediaviewer/File :Gonarthrose-Knorpelaufbrauch.JPG