Medline Méridiens

L’acupuncture est efficace dans la constipation fonctionnelle

Amélioration de la qualité de vie des patients (p<0,00001 ; SMD=−0,73 ; IC à 95%=−1,02 à −0,44 ; I2=64%). Notons néanmoins une hétérogénéité élevée avec un indice de Higgins I² à 64%. Notons toutefois que l’effet de l’acupuncture est  modéré car la SMD est à -0,73 et selon ce qui est couramment admis, l’effet d’un traitement ou d’une intervention est faible si la SMD est supérieure à 0,2 et inférieure à 0,3, modéré si la SMD est entre 0,3 et 0,8 ; et important ou fort si SMD > 0,8. Notons aussi qu’en raison de ‎‎l’hétérogénéité substantielle (p<0,1 ou I²‎>50%), la SMD (différence moyenne standardisée) à modèle aléatoire a été utilisé pour analyser les données. Dans le cas contraire, un modèle à effet fixe aurait été appliqué (c.-à-d. si p>0,1 ou I‎2 < 50%).

 

La constipation fonctionnelle est l’un des troubles intestinaux courants qui affecte environ 14% de la population adulte dans le monde. Les symptômes les plus fréquents retrouvés sont une diminution de la fréquence de défécation, des selles difficiles, des sentiments d’évacuation incomplète et un inconfort abdominal. Cela engendre un impact négatif très important sur la qualité de vie et augmente les coûts économiques. Le but donc de cette étude était d’évaluer l’efficacité et l’innocuité de l’acupuncture dans la constipation fonctionnelle.

Une recherche documentaire rigoureuse a été effectuée en anglais (PubMed, Web of Science, Cochrane Library et EMBASE) et en chinois (China National Knowledge Infrastructure (CNKI), chinese biological medical (CBM), wanfang database, et China Science and Technology Journal (VIP)) bases de données électroniques depuis leur création jusqu’en octobre 2019. Ont été inclus des essais comparatifs randomisés (ECR) comparant l’acupuncture à l’acupuncture simulée ou aux thérapies pharmacologiques.

Les données concernant 28 ECR (n=3525) ont objectivé que l’acupuncture était efficace dans la constipation fonctionnelle en augmentant les selles spontanées complètes (p<0,00001 ; différence moyenne à modèle fixe MD=0,84 ; Intervalle de confiance IC à 95%=0,65 à 1,03 ; I2=0%) et l’amélioration des symptômes de constipation (p=0,03; différence moyenne standardisée SMD=−0,4 ; IC à 95% =−0,78 à −0,03 ; I2=74%), amélioration de la formation des selles (p<0,00001; MD=0,24 ; IC à 95 %=0,15 à 0,34 ; I2=0%), qualité de vie améliorée également (p<0,00001; MD=−0,33 ; IC à 95%, −0,45 à −0,21), et taux de réponse (p=0,02 ; risque relatif RR=2,16 ; IC à 95%, 1,1 à 4,24 ;  I2=69%) par rapport aux effets du traitement simulé. Aucun risque accru d’effets indésirables n’a été observé (p=0,44 ; RR=1,18 ; IC à 95%= 0,77 à 1,81 ; I2=0%). En ce qui concerne les comparaisons versus médicaments, les données recueillies ont indiqué que l’acupuncture était plus efficace pour augmenter les selles spontanées complètes (p=0,004 ; MD=0,53 ; IC à 95%=0,17 à 0,88 ; I2=88%) et améliorer la qualité de vie des patients (p<0,00001 ; SMD=−0,73 ; IC à 95%=−1,02 à −0,44 ; I2= 64%), avec une hétérogénéité élevée. Toutefois, il n’y avait pas de différences significatives pour le taux de réponse (p=0,12 ; RR=1,31 ; IC à  95%=0,94 à 1,82 ; I2=53% ; ou le score de symptômes de constipation (p=0,05 ; SMD=−0,62 ; IC à 95%=−1,23 à −0,01 ; I2=89%). En ce qui concerne l’évaluation de l’innocuité, l’acupuncture était plus sûre que les laxatifs utilisés (p<0,0001 ; RR=0,3 ; IC à 95%=0,18 à 0,52 ; I2 = 30%).

Les preuves actuelles suggèrent que l’acupuncture est un traitement efficace et sûr pour la constipation fonctionnelle. L’acupuncture a augmenté la fréquence des selles, amélioré la formation des selles, atténué les symptômes de constipation et amélioré la qualité de vie. Cependant, la qualité des preuves est relativement faible et la relation entre l’acupuncture et les médicaments n’est pas claire. D’autres essais de haute qualité sont recommandés à l’avenir. 

 

Wang L, Xu M, Zheng Q, Zhang W, Li Y. The Effectiveness of Acupuncture in Management of Functional Constipation: A Systematic Review and Meta-Analysis. Evid Based Complement Alternat Med. 2020 Jun 17;2020:6137450.

Bouffées de chaleur en période de ménopause

Bouffées de chaleur en période de ménopause : l’efficacité de l’acupuncture dans la vie réelle est supérieure à celle observée dans les essais cliniques

 

 Aiguilles d’acupuncture placebo : de gauche à droite : Park, Takakura et Streitberger.

La détermination du placebo est importante dans tous les types d’essais cliniques comparatifs randomisés (ECR), afin que participants et investigateurs restent « aveugles » à leur groupe d’affectation. Un placebo est par définition un traitement qui est physiologiquement inerte et imite le verum afin de réduire le risque potentiel de biais.

La critique des contrôles simulés d'acupuncture a déjà été soulevée dans le passé parce que l'acupuncture simulée ne serait pas neutre. Elle ne peut pas être physiologiquement inerte, que la peau soit pénétrée ou pas. Tous les types de technique d'acupuncture simulée stimulant la peau provoquent ainsi l’activation d’un nerf afférent qui pourrait induire de nombreuses réactions, y compris une réponse limbique au niveau du cerveau.

Dans cette méta-analyse préliminaire en réseau d'études (Corée, Royaume-Uni, Norvège), les chercheurs ont comparé les effets respectifs de l’acupuncture verum sur les bouffées de chaleur de la ménopause dans des ECR utilisant les deux types de traitements factices principalement utilisés depuis des décennies : aiguilles insérées de façon superficielle sans recherche de deqi ou dispositifs d'acupuncture factices qui ne pénètrent pas la peau.

Les bases de données incluant Medline, Embase, Cochrane Library et AMED ont été consultées jusqu'en mars 2017. Huit ECR sont retenus pour la méta-analyse préliminaire. Les critères d’évaluation sont les scores de gravité des bouffées de chaleur. Les ECR portent sur des femmes en bonne santé, en périménopause ou en postménopause souffrant de bouffées de chaleur. Le comparateur sélectionné comme comparateur commun pour le réseau méta-analyse est un contrôle par rapport aux femmes inscrites sur la liste d’attente. Seule l'acupuncture manuelle est retenue, les études utilisant l'électroacupuncture sont exclues de la méta-analyse.

Les auteurs objectivent que les ECR d’acupuncture réalisés dans la vie réelle versus groupe témoin avec puncture superficielle sans deqi présentent une efficacité plus importante que ceux réalisés avec des dispositifs placebo simulés dans le groupe témoin (SMD : −7,27 : IC à 95%= -9,11 à -5,43).

 

L'effet de l'acupuncture placebo est beaucoup plus important que l'effet d'autres types d'intervention placebo. L'acupuncture simulée entraîne un effet au-delà de celui d'un placebo. Ainsi, l'efficacité de l'acupuncture est souvent sous-estimée en raison d’une  différence peu significative entre l'acupuncture et les traitements placebo, ce qui pourrait conduire à la conclusion erronée de « non effet » de l’acupuncture, d’où perte d’informations sur le bénéfice réel de l'acupuncture.

 Kim TH, Lee MS, Alraek T, Birch S. Acupuncture in sham device controlled trials may not be as effective as acupuncture in the real world: a preliminary network meta-analysis of studies of acupuncture for hot flashes in menopausal women. Acupunct Med. 2020 Feb;38(1):37-44.

 

L’incontinence urinaire d'effort est réduite par électroacupuncture chez les femmes ménopausées

L’EA à 50Hz (durée d’impulsion 200µs) a été appliquée aux points V33 (zhongliao), V35 (huiyang).

L'efficacité et l'innocuité de l'électroacupuncture (EA) ont été comparées à celles de l'électroacupuncture fictive dans le traitement des femmes ménopausées souffrant d'incontinence urinaire d'effort. L'incontinence urinaire est un écoulement involontaire, non contrôlable, des urines par l'urètre. Il existe plusieurs formes d'incontinence urinaire selon le mécanisme de survenue.

L'incontinence urinaire d'effort se caractérise par une fuite involontaire des urines, non précédée par un besoin d'uriner, qui peut survenir à l'occasion d'un effort comme le fait de sauter, soulever des charges lourdes ou de toute autre activité augmentant la pression abdominale, mais aussi lors d'un effort minime comme la toux, le rire. Quant à elle, l'incontinence urinaire par hyperactivité de la vessie se caractérise par une fuite involontaire des urines, précédée d'un besoin urgent et incontrôlable d'uriner survenant au repos, la nuit, en dehors de tout effort. Et les deux peuvent coexister : c’est l'incontinence mixte. 349 femmes ménopausées ont bénéficié de dix-huit séances de traitement d'électroacupuncture ou d'électroacupuncture fictive sur six semaines, avec une évaluation de suivi de vingt-quatre semaines. La réponse au traitement a été définie comme une réduction de 50% ou plus des fuites d'urine, mesurée par le Pad Test d’une heure (de la société internationale de l’incontinence) qui chiffre la quantité de fuite en gramme (puis évaluée en %) à 6 semaines après le début du traitement. L’EA à 50Hz (durée d’impulsion 200µs) a été appliquée pendant 30mn sur V33 (zhongliao), V35 (huiyang) : trois séances / semaine – dix-huit séances sur six semaines. A la sixième semaine de traitement, le taux de réponse était de 61% dans le groupe EA versus 18,9% dans le groupe EA factice (différence 42,5% ; IC à 95%, 33,3-51,7 ; p <0,001). Les événements indésirables liés au traitement sont survenus chez 2,1% des femmes au cours du traitement de six semaines (hématome sous-cutanée, fatigue, douleur aigüe).

En conclusion, l’EA peut soulager efficacement et en toute sécurité les symptômes de l'incontinence urinaire et améliorer la qualité de vie des femmes ménopausées présentant une incontinence urinaire d’effort.

Wang W, Liu Y, Sun S, Liu B, Su T, Zhou J, Liu Z. Electroacupuncture for postmenopausal women with stress urinary incontinence: secondary analysis of a randomized controlled trial. World J Urol. 2019 Jul;37(7):1421-1427.