Medline Méridiens

Fatigue, troubles du sommeil et anxio-dépression améliorés par l’électroacupuncture chez les patientes atteintes de cancer du sein souffrant d’arthralgies liées aux inhibiteurs de l’aromatase

Graphiques de (a-d) : moyennes des changements illustrés sur 4, 8 et 12 semaines (WK4,8,12) à partir de la ligne basale de la fatigue, de la dépression, du sommeil et de l'anxiété selon les différents groupes (EA, SA , WLC). Les échelles utilisées : BFI (brief fatigue inventory), PSQI (Pittsburg Sleep Quality Index), HADS (Hospital Anxiety and Depression).


La fatigue, les troubles du sommeil, la dépression et l’anxiété sont des facteurs de comorbidité chez les patientes atteintes de cancer du sein souffrant d’arthralgies en rapport avec le traitement par inhibiteurs des aromatases. Mao et coll ont mis en place un essai comparatif randomisé (ECR) afin d’évaluer l’efficacité de l’électroacupuncture (EA) dans l’amélioration de ces facteurs de comorbidité. Méthode. L’ECR à trois bras réalisé pendant huit semaines à raison de une à deux séances par semaine pour un total de dix séances a comparé un groupe d’EA versus un groupe témoin en liste d’attente (WLC) et un groupe placebo (SA) chez des femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein et présentant des algies articulaires attribuables aux inhibiteurs des aromatases.

La fatigue, les troubles du sommeil, l’anxiété et le syndrome dépressif ont été évalués en utilisant l’échelle BFI (Brief Fatigue Inventory), l’index de qualité du sommeil de Pittsburgh (PSQI) et l’échelle d’anxiété et de dépression hospitalière (Hospital Anxiety and Depression Scale - HADS). l’EA a été appliqué après recherche du deqi à une fréquence de 2Hz pendant trente mn. Le groupe factice (sham) a bénéficié d’aiguilles placebo Streiberger.

Résultats. Parmi les soixante-sept patientes randomisées, les interférences de la douleur initiale ont été associées à la fatigue (coefficient de corrélation de Pearson (r = 0,75 ; P <0,001), les troubles du sommeil (r = 0,38 ; P = 0,0026), et la dépression (r = 0,58 ; P <0,001). Par rapport au groupe en liste d’attente, l’EA produit des améliorations significatives dans la fatigue (P = 0,0095), l’anxiété (P = 0,044), et la dépression (P = 0,015) et une amélioration non significative de troubles du sommeil (P = 0,058) au cours des douze semaines d’intervention et période de suivi. En revanche, on n’observe aucune réduction significative de la fatigue ou des symptômes d’anxiété dans le groupe SA. Par contre, amélioration significative de la dépression par rapport au groupe WLC (P = 0,0088).

Conclusions. Par rapport aux soins habituels, l’EA produit des améliorations significatives dans la fatigue, l’anxiété et la dépression tandis que l’acupuncture placebo n’améliore que la dépression chez les femmes victimes d’arthralgies attribuables aux inhibiteurs de l’aromatase.


 

Voir en ligne : Mao JJ, Farrar JT, et al. Electroacupuncture for fatigue, sleep, and psychological distress in breast cancer patients with aromatase inhibitor-related arthralgia : a randomized trial. Cancer. 2014

Méridiens Medline du 09 novembre 2014 au (Essais contrôlés randomisés, méta-analyses et revues systématiques )

Une revue systématique et une méta-analyse montre l’intérêt de l’acupuncture-moxibustion dans le zona


Le zona, maladie due à la réactivation du virus varicelle-zona ou VZV (varicella zoster virus), appartenant à la famille des herpès virus, survient chez une personne qui a contracté déjà la varicelle durant l’enfance. L’éruption a souvent lieu au niveau du thorax, mais peut atteindre d’autres parties du corps. Le zona guérit en général en deux à trois semaines, mais cet état inflammatoire aigu, très douloureux peut avoir un impact significatif sur la qualité de vie. En effet, elles peuvent être invalidantes dans les territoires radiculaires atteints, et cela même après la guérison (douleurs post-zostériennes de type neurologique (douleur de désafférentation) associant sensation de brûlure, sensation électrique ou de piqûre d’orties. Les traitements antiviraux sont efficaces, mais ne répondent pas aux attentes des patients en matière d’antalgie. L’acupuncture et la moxibustion ont été utilisées dans le traitement du zona. Cette revue systématique de la littérature a donc évalué leur efficacité et leur innocuité. Neuf bases de données anglaises et chinoises ont été analysées jusqu’en mars 2016 incluant les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant la combinaison de l’acupuncture à la moxibustion dans le zona. Les critères de jugements : intensité et durée de la douleur, qualité de vie et effets indésirables. Neuf ECR (N=945 participants) ont été inclus, de faible à modérée qualité méthodologique en fonction des biais. Néanmoins, on objective que l’intensité de la douleur mesurée par échelle analogique visuelle (EVA) était plus faible chez les personnes soignées par acupuncture-moxibustion par rapport à la thérapeutique médicamenteuse (une étude, différence moyenne à modèle aléatoire MD -8,25, IC 95% : -12,36 à -4,14). Le bénéfice a été observé par amélioration globale des symptômes et aussi pour d’autres problèmes cutanés. Quelques effets indésirables légers ont été signalés. Bref, l’acupuncture associée à la moxibustion peut améliorer la douleur, bien que la preuve actuelle soit limitée par le nombre d’études et les insuffisances méthodologiques.


 

Voir en ligne : Coyle ME, Liang H, Wang K, Zhang AL, Guo X, Lu C, Xue CC. Acupuncture plus moxibustion for herpes zoster : A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Dermatol Ther. 2017 Mar 24.

L’acupuncture peut soulager le dysfonctionnement olfactif post-viral réfractaire

La perte d’olfaction post-virale est l’une des étiologies les plus courantes de dysfonction olfactive rencontrée dans les consultations ORL. Cependant, les traitements standards (stéroïdes par voie générale et locale, supplémentation en vitamines B, etc.) ne sont pas toujours efficaces. Le but de cette étude réalisée à l’Université de Fudan (Shanghai) est d’évaluer l’impact de l’acupuncture chez des patients atteints de dysfonctionnement olfactif post-viral (DOPV) et réfractaires au traitement standard.


 

Voir en ligne : Dai Q, Pang Z, Yu H. Recovery of Olfactory Function in Postviral Olfactory Dysfunction Patients after Acupuncture Treatment. Evid Based Complementary Alternat Med.2016:4986034. doi : 10.1155/2016/4986034. Epub 2016 Feb 29.

Localisation des points 20GI (yingxiang), EX-HN8 (shangyingxiang encore dénommé bitong) et biqiu. Le point biqiu est situé à l'intérieur du nez. Pour le localiser, le patient doit se tenir droit avec la tête légèrement tournée en arrière. Tenir le champ nasal dans la main gauche. Exposez entièrement le passage nasal tandis que la main droite maintient l'aiguille (voir schéma central). Puis puncturez le point sur 0,5 cm pour les patients obèses ; 0,1 à 0,2 mm pour les autres.


La perte d’olfaction post-virale est l’une des étiologies les plus courantes de dysfonction olfactive rencontrée dans les consultations ORL. Cependant, les traitements standards (stéroïdes par voie générale et locale, supplémentation en vitamines B, etc.) ne sont pas toujours efficaces. Le but de cette étude réalisée à l’Université de Fudan (Shanghai) est d’évaluer l’impact de l’acupuncture chez des patients atteints de dysfonctionnement olfactif post-viral (DOPV) et réfractaires au traitement standard.

L’étude a inclus cinquante patients répartis de façon aléatoire en deux groupes de vingt-cinq patients chaque : un groupe traité par acupuncture et un groupe contrôle ne prenant aucun traitement. L’âge moyen des participants est de 51 ans (23 à 80 ans). Les patients ont été soigneusement examinés par endoscopie de la cavité nasale et scanner de la tête, afin d’exclure les pathologies nasales. Une histoire médicale approfondie basée à la fois sur la médecine occidentale et sur la médecine traditionnelle chinoise a été recueillie à l’aide de questionnaires standardisés. Les patients ont rapporté que leur dysfonctionnement olfactif avait persisté de 1 à 96 mois sans parasomnie (ensemble de troubles du sommeil qui impliquent des mouvements, émotions, perceptions et rêves anormaux et inconscients survenant lors d’une période de sommeil).

Les points utilisés ont été : 20GI (yingxiang), EX-HN8 (shangyingxiang encore dénommé bitong) et biqiu. Lors de l’insertion, l’aiguille a été manipulée soit en tonification, soit en dispersion pour un effet plus sédatif. Les aiguilles ont été laissées pendant 20 minutes. L’acupuncture a été administrée sur une durée de trois mois, trois fois par semaine, au rythme de dix séances par cycle, avec trois à cinq jours de repos après chaque cycle. La fonction olfactive a été évaluée à l’aide du test d’identification d’odeur d’Université de Pennsylvanie (UPSIT) avant et après traitement. Les résultats ont montré une amélioration de la fonction olfactive chez onze patients traités par acupuncture par rapport aux quatre patients du groupe contrôle. Aucune différence dans la récupération de l’olfaction n’a été observée en fonction de l’âge, du genre ou de la durée de la maladie entre les deux groupes. Cependant, les patients hyposmiques ont récupéré à un taux plus élevé que les patients anosmiques.