Neurologie

Myasthénie oculaire associée à une anosmie : une analyse selon la Médecine Traditionnelle Chinoise

Les auteurs de l’Université de Médecine Chinoise de Pékin rapportent le cas d’un homme de 76 ans atteint d’anosmie idiopathique depuis deux ans. Quatre mois avant de venir consulter, un ptosis de la paupière droite est apparu avec douleur musculaire, distension et douleur dans la nuque. En médecine occidentale, a été porté le diagnostic d’anosmie idiopathique et myasthénie auto-immune oculaire (myasthénie gravis) avec anticorps anti-MuSK. Le MuSK ou Muscle-Specific Kinase est un récepteur kinase intervenant dans la formation de récepteurs cholinergiques au niveau des jonctions neuromusculaires. Selon la MTC, le ptosis de la paupière et l’anosmie sont les principaux signes d’insuffisance du Foie et de déficience de la Rate.


 

Voir en ligne : Chen Y, Wang L, Zhou L, Gao Y. Ocular myasthenia gravis accompanied by anosmia. J Tradit Chin Med. 2016 Feb ;36(1):125-30.

L’examen a montré une langue rouge-sombre avec un enduit mince et blanc. Le pouls était fin et glissant. Si la myasthénie oculaire se manifeste principalement comme un ptosis de la paupière, elle est considérée comme liée à l’invasion d’énergies perverses exogènes et au dysfonctionnement des Poumons, de la Rate, du Foie et des Reins. L’anosmie serait un symptôme précoce de la myasthénie. Bien que le nez représente une ouverture des Poumons, il peut être assimilé à la Terre en raison de son emplacement extérieur. Le nez a ainsi une relation étroite avec les Poumons et la Rate. L’olfaction peut aussi être influencée par le Cœur, le Foie et les Reins.

Les Poumons gouvernent le qi, contrôlent la respiration, avec une ouverture au nez. Si les agents pathogènes exogènes attaquent les Poumons et si les Poumons ne parviennent pas à distribuer correctement les fluides, alors les organes internes, les quatre membres, les tendons et les vaisseaux manqueront de nourriture, entraînant la myasthénie. La stagnation du qi des Poumons au niveau du nez entraîne une perte d’olfaction. La Rate qui régit les muscles est la source de génération de qi et de Sang. Une Rate ayant suffisamment de qi permet de fournir un qi abondant, un Sang abondant et des muscles robustes. Cependant, l’insuffisance du qi de la Rate l’empêche de bien jouer son rôle nourricier de transport et de transformation des fluides pour distribuer les éléments nutritifs vers toutes les parties du corps. La faiblesse et la myasthénie se produiront si le qiet le Sang sont en insuffisance. Le manque de « nourriture » au niveau du nez conduira à une anosmie. Le Foie stocke le Sang, s’ouvre par les yeux et est associé aux tendons. Les contraintes dans le qi du Foie, la carence en Sang du Foie et la malnutrition des tendons et des vaisseaux vont entraîner une faiblesse et un flétrissement du corps. L’insuffisance du qi peut provoquer une inhibition de l’ouverture de la cavité nasale. Les Reins régissent les Os, produisent la moelle osseuse et stockent le yin et le yang primordiaux. En cas d’insuffisance de l’énergie primordiale innée, de maladie prolongée ou de vieillissement, il y a carence de yin et de yang des Reins. Si les Reins ne parviennent pas à nourrir les tendons, les os et les muscles, la myasthénie se produira. Par conséquent, en termes de MTC, la myasthénie et l’anosmie ont les mêmes étiologies et mécanismes physiopathologiques, et peuvent ainsi se manifester simultanément.

Une méta-analyse objective l’efficacité de l’acupuncture dans la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson (MP) est la deuxième maladie neurodégénérative chronique et progressive la plus courante. L’utilisation à long terme du traitement classique, la lévodopa entraîne une perte d’efficacité et des complications. Par conséquent, de nombreux patients atteints de MP ont recours à des thérapies complémentaires comme l’acupuncture, la plus souvent utilisée, pour soulager leurs symptômes. Cette revue systématique et méta-analyse évalue les preuves concernant son efficacité dans l’amélioration des symptômes. Sept bases de données, à savoir Medline, Embase, la bibliothèque Cochrane, China National Knowledge Infrastructure (CNKI) et trois bases de données médicales coréennes, ont été utilisées depuis leur création jusqu’en août 2015 sans restrictions linguistiques. Les essais comparatifs randomisés (ECR) ont été inclus s’ils contiennent des données concernant l’apport de l’acupuncture dans le Parkinson versus aucun traitement et traitement conventionnel seul ou acupuncture plus traitement conventionnel par rapport au traitement conventionnel seul. Les évaluations ont été effectuées avec les échelles de notation unifiées de maladie de Parkinson, UPDRS (Unified Parkinson’s Disease Rating Scale score) I, II, III et IV et le score total, l’échelle Webster et le taux d’efficacité. La qualité méthodologique a été évaluée à l’aide de l’échelle de kinésithérapie, Physiotherapy Evidence Database (PEDro) et celle du risque de biais Cochrane (ROB). Au total, 982 articles potentiellement pertinents ont été identifiés ; 25 ECR ont atteint le critère d’inclusion ; 19 des 25 ECR étaient des études de haute qualité. Les ECR inclus ont montré des résultats favorables pour l’acupuncture associée au traitement conventionnel par rapport au traitement conventionnel seul dans les UPDRS II, III et IV et le taux d’efficacité. Par ailleurs, l’acupuncture a été bénéfique pour soulager les symptômes de la maladie de Parkinson par rapport à aucun traitement et traitement conventionnel seul. En conclusion, cette revue systématique et cette méta-analyse objectivent que l’acupuncture possède des effets positifs significatifs dans l’amélioration des symptômes de la maladie de Parkinson et se doit d’être considérée comme complémentaire du traitement conventionnel dans le cadre de la médecine intégrative.


 

Voir en ligne : Lee SH, Lim S. Clinical effectiveness of acupuncture on Parkinson disease : A PRISMA-compliant systematic review and meta-analysis. Medicine (Baltimore). 2017 ;96(3) :e5836

Syndrome du canal carpien : évaluation de l’effet positif de l’acupuncture par échographie

Une étude a été réalisée pour explorer l’effet de l’acupuncture sur la section transversale du nerf médian par échographie au niveau du poignet chez des patientes atteintes du syndrome du canal carpien (SCC). La mesure par ultrasons, méthode d’imagerie facilement accessible peut fournir des données morphologiques du nerf médian, en vue du diagnostic et de l’évaluation de la réponse au traitement chez ces patientes. L’échographie musculo-squelettique objective que le nerf médian peut être élargi avec une augmentation de sa section transversale (CSA) au niveau du poignet, et ceci en raison de l’œdème proximal sur le site de compression. De plus, le CSA du nerf médian est associé à la sévérité du SCC. Une valeur seuil du CSA de 9 mm² au niveau du poignet a été établie avec une sensibilité élevée (99%) dans le diagnostic. D’autre part, le CSA du nerf médian est un facteur pronostique de la chirurgie de décompression du canal carpien et pourrait être utilisé dans la surveillance du traitement. Quarante-cinq bras de 27 femmes atteintes de SCC ont été répartis de manière aléatoire en deux groupes (Acupuncture A et Témoin B). Toutes les patientes ont utilisé une attelle de poignet pendant la nuit (fixée à 0-5 degrés d’extension de poignet) pendant quatre semaines. Les patientes du groupe Acupuncture ont reçu en plus un traitement par acupuncture. Neuf points d’acupuncture sont utilisés : 7MC, 4MC, 6MC, 8MC, 2C, 7C, 8C, 9P, 11 GI. Une aiguille de 0,25 x 25 mm a été placée à la verticale à ces points spécifiques et maintenue pendant 25 minutes. Le traitement a été réalisé deux ou trois fois par semaine, pendant quatre semaines (un total de dix séances). L’évaluation de la douleur sur échelle visuelle analogique (EVA), les scores de l’indice fonctionnel pour la main rhumatologique de Duruöz (DHI), les questionnaires rapides sur les incapacités du bras, de l’épaule et de la main (Quick-DASH), les mesures électrophysiologiques et les CSA par échographie du nerf médian au niveau du poignet ont été recueillis, avant et après traitement dans les deux groupes. Les résultats ont montré une amélioration des mesures électrophysiologiques ainsi que des scores (EVA, DHI, Quick-DASH) dans les deux groupes. Une amélioration statistiquement significative dans le groupe Acupuncture versus groupe témoin a été observée en ce qui concerne les mesures de la section transversale du nerf médian (p<0,001). Celle-ci a considérablement diminué dans le groupe Acupuncture, alors qu’il n’y avait pas de changement dans le groupe témoin (tableau). Néanmoins, la faible population de l’essai, l’absence de groupe placebo et le manque de surveillance à long terme des patientes, limites de cet essai nécessite de réaliser un nouvel ECR à forte population et contre placebo.


 

Voir en ligne : Ural FG, Öztürk GT. The Acupuncture Effect on Median Nerve Morphology in Patients with Carpal Tunnel Syndrome : An Ultrasonographic Study. Evid Based Complement Alternat Mad. 2017 ;2017:7420648.

Pourcentage d’amélioration des caractéristiques des mesures cliniques, électromyographiques et ultrasoniques entre groupe acupuncture et groupe témoin sans acupuncture. Amélioration de la douleur mesurée sur une échelle visuelle analogique (VAS=EVA) : 46,8% dans le groupe Acupuncture versus 11,4% groupe B témoin (p<0,001). Comparé au groupe témoin, l’amélioration globale dans le groupe Acupuncture est statistiquement significative (p<0,05).