Medline Méridiens

Dans la maladie d’Alzheimer, l’acupuncture améliore la fonction cognitive et l’état global

 

La maladie d’Alzheimer (MA) est la cause la plus fréquente de démence. Avec le vieillissement de la population, elle représente un problème majeur de santé publique, notamment dans les pays développés. Afin d’étudier l’effet de l’acupuncture, une étude a été réalisée par l’Université de MTC de Tianjin (Chine).


 

Voir en ligne : Jia Y, Zhang X, Yu J, Han J, Yu T, Shi J, Zhao L, Nie K. Acupuncture for patients with mild to moderate Alzheimer’s disease : a randomized controlled trial. BMC Complement Altern Med. 2017 Dec 29 ;17(1):556.


L’essai a inclus 87 participants (âgés de 50 à 85 ans) atteints de MA légère à modérée, répartis de façon aléatoire en deux groupes : un groupe traité par acupuncture (GA) et un groupe traité par chlorhydrate de donépézil (GD). La durée du traitement est de douze semaines (T1) avec une période de suivi de 12 semaines (T2). Le traitement par acupuncture est réalisé trois fois par semaine tandis que le groupe DG recevait du chlorhydrate de donépézil une fois par jour (5 mg/jour pendant les quatre premières semaines et 10 mg/jour par la suite). Les critères principaux d’efficacité sont la mesure de l’échelle d’évaluation cognitive de la maladie d’Alzheimer (ADAS-cog) et de celle de l’amélioration clinique par le praticien (CIBIC-Plus). Les critères secondaires d’évaluation consistent à évaluer les activités de la vie quotidienne de la maladie d’Alzheimer par l’échelle ADAS-ADL23 et l’index neuropsychiatrique (NPI). L’ADAS-cog évalue onze tâches du domaine cognitif comme la mémoire, le langage, les praxies et l’orientation. Les scores sont chiffrés entre 0 et 70 qui est le plus haut score indiquant la plus grande atteinte. L’échelle CIBIC-Plus observe les effets cliniques du traitement évalués entre 1 (état amélioré) et 7 (état empiré). Les aiguilles utilisées ont un diamètre de 0,25 mm et une longueur de 40 mm. Les prescriptions sont individualisées pour chaque patient. Les points suivants ont été utilisés comme formule de base : 17VC (danzhong), 12VC (zhongwan), 6VC (qihai), 36E (zusanli), 5TR (waiguan) et 10Rt (xuehai). Des points auxiliaires pouvaient être sélectionnés selon les symptômes du patient et l’examen de sa langue, et ceci à la discrétion de l’acupuncteur : 3F (taichong), 39VB (xuanzhong), 40E (fenglong), 17V (geshu), 44E (neiting), 25E (tianshu) et 4VC (guanyuan). La puncture est bilatérale pour tous les points à l’exception des points du Vaisseau Conception, avec manipulation pour obtenir le deqi. Sur les 87 participants, 79 patients ont terminé l’étude. Aucune interruption de traitement liée à des événements indésirables pour le groupe traité par acupuncture (vs 9,09% pour l’autre groupe). Les scores ADAS-cog pour le groupe GA ont montré des diminutions significatives par rapport au groupe témoin (p<0,05). Les valeurs moyennes de CIBIC-Plus pour le groupe GA étaient beaucoup plus faibles que pour le groupe GD, avec une différence significative entre les deux groupes (p<0,05). Aucune différence significative n’a été observée entre les deux groupes pour les scores ADAS-ADL23 et NPI au cours de la période d’étude.

L’acupuncture peut soulager la dysphagie post-AVC

La dysphagie ou trouble de la déglutition est l'une des séquelles post-AVC les plus courantes, représentant 27 à 64% des patients victimes d’accident vasculaire cérébral. Liée à des difficultés du passage du bol alimentaire de la bouche au sphincter supérieur de l’œsophage, elle est souvent associée à la malnutrition, la pneumonie et la déshydratation.

Une revue systématique et une méta-analyse visant à évaluer la disponibilité potentielle et l'innocuité de l'acupuncture pour la dysphagie post-AVC a été réalisée.

Cinq bases de données anglo-saxonnes et quatre chinoises ont été consultées de la création à mars 2020 pour évaluer les preuves existantes de l'efficacité de l'acupuncture en tant que traitement clinique de la dysphagie après un AVC. Tous les ECR incorporant l'acupuncture ou l'acupuncture combinée à d'autres interventions ont été évalués par deux auteurs indépendants. L'évaluation du risque de biais recommandée par l'outil de la Collaboration Cochrane est utilisée pour évaluer la qualité des études sélectionnées. La méta-analyse est réalisée à l'aide de RevMan 5.3. Les analyses groupées sont calculées par la différence moyenne (DM) et l'intervalle de confiance à 95% (IC). L'hétérogénéité est évaluée par le test de Higgins I².

 

 

Figure 1. Test de déglutition d'eau (DM = −1,21, IC à 95% : −1,85 à −0,57 ; p= 0,0002 ; I²=99% (grande hétérogénéité).

 

Au total, 35 ECR portant sur 3 024 patients sont analysés. La méta-analyse a montré que l'efficacité thérapeutique de l'acupuncture associée à d'autres interventions est meilleure que celle du groupe témoin pour le score standardisé de la déglutition (SSA) (DM= −3,78, IC à 95% : −4,64 à −2,91 ; p< 0,00001 ; I²=80%), pour le score de l'étude vidéofluoroscopique sur la déglutition (DM=2,26, IC à 95% : 1,77 à 2,74 ; p< 0,00002 ; I²=81%) et pour le test de déglutition d'eau (DM = −1,21, IC à 95% : −1,85 à −0,57 ; p= 0,0002 ; I²=99% (figure 1).

La sélection de points d'acupuncture est principalement choisie en fonction des symptômes et de la différenciation des syndromes selon la MTC. Après analyse des points retenus dans ces essais, les auteurs ont constaté que fengchi (20VB), jinjin (EX-HN12), yuye (EX HN13), lianquan (23VC) et yifeng (17TR) étaient les cinq points les plus couramment utilisés (figure 2).

 

 

Figure 2. fengchi (VB20), wangu (12VB), yifeng (TR17), fengfu (DU16), et yamen (DU15), lianquan (VC23) et jialianquan bilatéral (extra).

 

Dans les ECR ayant rapporté des effets indésirables, aucun événement grave n'a été confirmé.

D’après les résultats de cette revue systématique, l'acupuncture peut être considérée comme une thérapie efficace pour traiter la dysphagie post AVC, bien que des normes d'évaluation plus strictes et des ECR rigoureusement conçus soient nécessaires, en raison d’une très grande hétérogénéité et d’une qualité méthodologique médiocre, d’où le risque de biais dans chaque étude incluse.

 

Zhong L, Wang J, Li F, Bao X, Liu H, Wang P. The Effectiveness of Acupuncture for Dysphagia after Stroke: A Systematic Review and Meta-Analysis. Evid Based Complement Alternat Med. Jan 19;2021:8837625.

 

Fibromyalgie : l’acupuncture offre un faible niveau de preuve scientifique d’efficacité (grade C) selon les recommandations de gradation de l’HAS

Localisation des points sensibles répondant aux critères du Collège Américain de Rhumatologie pour la fibromyalgie (1990).Afin d’étudier l’efficacité et l’innocuité de la stimulation des points d’acupuncture dans le traitement de la fibromyalgie, une revue systématique a été réalisée par deux auteurs chinois. Les essais comparatifs randomisés (ECR) ont été recensés à partir de six bases de données jusqu’à la date de mai 2013. L’extraction des données et l’évaluation de la qualité des essais ont été menées de façon indépendante par les auteurs.

La fibromyalgie doit être diagnostiquée selon des critères reconnus. Le critère d’évaluation principal est la variation de l’intensité de la douleur. Les critères secondaires comportent l’amélioration des symptômes tels que la dépression, la qualité de vie et les événements indésirables. Il n’y avait pas de limitation de langue ou de type de publication. Finalement seize ECR, ayant inclus 1081 personnes, ont été retenus pour l’analyse.

Parmi ces seize ECR, seulement deux essais ont été évalués comme présentant un faible risque de biais. Treize ECR ont été publiés en anglais dans des revues scientifiques, et quatre autres ont été publiés en chinois.

La méta-analyse réalisée objective l’existence de faibles niveaux de preuves montrant que l’acupuncture seule ou combinée à la thérapie par ventouses est plus efficace que les médicaments classiques (antipyrétiques, antidépresseurs ou analgésiques) sur la réduction de la douleur et sur l’amélioration des symptômes liés à la fibromyalgie comme la dépression ou la fatigue.

Cependant, l’acupuncture ne semble pas avoir un meilleur effet que l’acupuncture simulée pour soulager la douleur chez les patients atteints de fibromyalgie. Aucun événement indésirable grave lié à l’acupuncture n’a été rapporté. D’autres ECR de plus grands effectifs et mieux conçus sont nécessaires pour confirmer les résultats. Manque de puissance et de rigueur méthodologique dans les ECR sont les caractéristiques de la méta-analyse concernant la fibromyalgie.


 

Voir en ligne : Cao H, Li X, Han M, Liu J. Acupoint Stimulation for Fibromyalgia : A Systematic Review of Randomized Controlled Trials. Evid Based Complement Alternat Med. 2013 ;2013:362831. Epub 2013 Dec 17.